Photo : Marc Bergevin Crédit : Agence QMI

Dave Morissette

Bergevin : un gars d'ici

Bergevin : un gars d'ici

Dave Morissette

Publié 02 mai 2012
Mis à jour 03 mai 2012

La priorité de Marc Bergevin est de s'entourer des bonnes personnes. Ça commence avec son entraîneur, ensuite avec ses cas pressants Subban et Price. Il parlait de «fondations», ils en font partie. Puis, il doit se préparer au repêchage.

Je ne crois pas que Pierre Gauthier demandait à son équipe, Trevor Timmins en tête, de prioriser les Québécois à talent égal. Désormais, Serge Boisvert, le dépisteur du Canadien au Québec, vient de se trouver des alliés de taille.

Il en a trouvé un en Serge Savard, qui a fait mention de l'importance des Québécois dès sa première journée. Il croit que le CH doit profiter de la LHJMQ, qui est sous-exploité. Il y a aussi Bergevin.

Sa consigne restera d'aller chercher les meilleurs joueurs, mais à talent égal, il priorisera les Québécois. Sous les ordres de Gauthier, un Québécois était vu comme une distraction.

Bergevin est ce qu'on nous avait promis : un gars humble, bon communicateur, fier, accessible... et qui va habiter à Montréal. On a eu un DG qui n'habitait pas à Montréal. Bergevin, lui, va se lever le matin à Montréal, il va lire les journaux de Montréal, et c'est important.

Puis il a un bagage incroyable. Il y avait un gars du Québec avec toutes les qualités requises : un ancien joueur, qui a gagné et qui a perdu, qui a travaillé avec les meilleurs chez les Blackhawks. En plus, il connaît les jeunes et il connait le métier d'entraîneur. Il n'aura pas peur de s'entourer et d'écouter.

Pour ce qui est du cas Gomez, Geoff Molson a mentionné que pour bâtir une fondation, tu gardes certains morceaux, tu te départis de certains morceaux.

Ça veut tout dire. Je m'imagine mal les Canadiens envoyer Gomez dans les mineures : ils épargneraient de l'argent, mais Gomez aurait une trop mauvaise influence sur les jeunes. Bâtir une équipe passe par les espoirs de l'organisation.