Canadiens

Conférence de presse de Plekanec : 14 citations marquantes

Publié | Mis à jour

Tomas Plekanec et le directeur général des Canadiens de Montréal, Marc Bergevin, ont rencontré les médias peu avant midi, vendredi, après l'annonce du divorce entre les deux camps.

Il a été spécifié lors de cet échange que le Tchèque de 36 ans ne souhaitait pas rejoindre les rangs d'une autre équipe, ce pourquoi il sera soumis samedi midi au ballottage inconditionnel.

Voici 14 citations marquantes de la conférence de presse de vendredi :

Marc Bergevin : «Nous avons pris une décision de hockey très difficile quant à l'avenir de "Pleky"»

Marc Bergevin :«C'est une décision très difficile»

Marc Bergevin: «Avec les gars qui vont si bien ici et à Laval, c'était probablement la meilleure chose à faire. C'est tout ce que je peux dire en ce moment»

Tomas Plekanec : «Marc m'a approché. Nous avons eu une bonne discussion»

Tomas Plekanec : «J'ai toujours voulu me retirer comme membre des Canadiens de Montréal. Ce n'est pas comme ça que je voulais que ça se termine»

Marc Bergevin : «Nous le devions à Tomas d'avoir cette discussion»

Marc Bergevin : «En juillet, lorsque nous avons ramené Tomas, nous avions beaucoup de points d'interrogation à la position de centre. C'était important de le ramener»

Marc Bergevin : «Ce n'était pas facile comme décision et Tomas est très émotif aujourd'hui»

Marc Bergevin : (À savoir si Plekanec sera rémunéré pour le reste de la saison) «Non»

Tomas Plekanec : «Je veux assurément continuer de jouer (en République tchèque) pour un an ou deux. Je vais voir ce qui se présentera à mon retour»

Tomas Plekanec : «L'échange et l'annonce sont difficiles. C'était la bonne décision à prendre pour l'avenir du club»

Marc Bergevin : «Je voyais de plus en plus ce qui se produisait à l'interne et à Laval et je devais avoir une discussion avec lui»

Tomas Plekanec : «Je suis allé parler aux joueurs dans le vestiaire. C'était éprouvant. Ils vont me manquer. C'est une autre famille»

Tomas Plekanec : «Je voyais venir la fin»