Canadiens

Carey Price : «La pire chose à faire»

Publié | Mis à jour

Le lendemain de veille est sans doute difficile pour Carey Price, quelques heures après la défaite en prolongation contre les Sabres de Buffalo.

Oui, le Tricolore a tout de même récolté un point. Non, Carey Price n’a pas offert une performance convaincante. La foule ne lui a pas rendu la tâche facile en l’applaudissant sur des arrêts de routine.

Reste que l’homme masqué du Bleu-blanc-rouge a été chancelant sur le but faible de Rasmus Ristolainen en prolongation. À la fin, les Sabres ont marqué six buts sur seulement 31 tirs.

Le problème criant dans le cas de Price, c’est qu’il régresse depuis qu’il a dépassé Patrick Roy au chapitre des victoires dans l’histoire de l’équipe, le 27 octobre dernier.

Depuis ce gain a Boston, sa fiche est de 1-3-1 et sa moyenne de buts alloués inquiète à 4,41. Jeudi, il a prolongé à quatre sa série de matches où il accorde quatre buts ou plus.

«La pire chose à faire»

Selon l’ancien gardien Patrick Lalime, qui est passé par là à la fin de sa carrière, «la pire chose» pour Price est la réaction négative des spectateurs du Centre Bell pendant qu’il essaie de se remettre sur pied.

«Chaque fois que tu penses t’en sortir, tu fais quelques arrêts et tu n’as plus le bénéfice du doute. Les gens vont juste regarder les mauvais coups que tu fais. C’est là que ça devient dangereux», a prévenu l’analyste de TVA Sports, vendredi, à l’émission «Les Partants».

«Il doit aller chercher une certaine confiance, parce qu’il ne broie que du noir et il ne voit pas de solution.»

Price a signé un contrat faramineux qui lui rapporte 10,5 millions $ et ce jusqu’en 2025-2026. Plusieurs sont d’avis qu’avec un tel salaire, il doit faire partie de l’élite en volant des victoires et en changeant l’allure d’une rencontre à lui seul, ce qu’il peine à faire depuis l’an dernier.

«Il a déjà été parmi les meilleurs. Lorsqu’il a eu ses bonnes saisons, il était incroyable, rappelle Patrick Lalime.L’an dernier, j’ai été un peu surpris quand tout a commencé à glisser pour lui. On dirait qu’il n’était pas en mesure de revenir à la hauteur.»

Price a lui-même déclaré aux journalistes après la rencontre de jeudi que le problème se situe «en haut» des épaules.

Carey Price ne se défile pas - TVA Sports