LCF

Alouettes: «ce n’était pas assez bon» – Mike Sherman

Publié | Mis à jour

MONTRÉAL – Mike Sherman ne se cache pas la tête dans le sable: sa première saison dans la Ligue canadienne de football (LCF) ne s’est pas déroulée comme prévu.

«Si on se fie à notre dossier de victoires (cinq) et de défaites (13), ce n’était pas assez bon, a souligné l’entraîneur-chef des Alouettes de Montréal. À mon arrivée, je savais qu’on devait bâtir de nouvelles fondations en plus de créer une nouvelle culture au sein de cette équipe.

«Je crois qu’on peut dire mission accomplie à ce niveau. Par contre, on n’a pas réussi à atteindre la constance que tu as besoin d’avoir pour être une bonne équipe de football. C’est ce point que je vais marteler la saison prochaine. Je veux que mes joueurs soient plus responsables à l’entraînement et lors des matchs.»

Sherman en a vu de toutes les couleurs au cours de sa première campagne dans le circuit canadien. Il a eu besoin de quelques semaines pour s’acclimater au jeu de la LCF, mais également à ses joueurs.

On l’a senti beaucoup plus à l’aise en deuxième moitié de saison. On verra s’il est en mesure de transposer les quelques éléments positifs en 2019 où il en sera à la dernière année de son contrat. Il n’aura pas le luxe de subir une autre élimination rapide.

Au cours des prochaines semaines, il analysera son équipe d’entraîneurs et il ne serait pas surprenant qu’il y apporte certains changements. Il sera intéressant de voir s’il gardera ses coordonnateurs offensif (Khari Jones) et défensif (Rich Stubler).

Une meilleure protection

Sherman est conscient qu’il ne pourra pas gagner des matchs en maintenant une maigre moyenne de 19 points par rencontre. Il sait qu’il devra trouver une façon de faire produire le quart, le porteur de ballon et les receveurs qui seront en place.

Pour ce faire, il devra s’assurer que la ligne offensive retrouve un certain panache.

«Kavis (Reed) et moi en avons parlé à quelques reprises, a affirmé Sherman. Cette année, les blessures nous ont fait mal à cette position.

«On n’a pas eu beaucoup de constance avec plusieurs combinaisons différentes. C’est une position importante dans chaque équipe.»

Profondeur recherchée

Chez les receveurs, l’escouade des Alouettes s’est cherchée pendant une bonne partie de la saison. Le principal problème, c’est qu’elle n’avait pas de joueur de premier plan au sein de cette unité.

«On a eu quelques blessures, dont celle à B.J. Cunningham qui connaissait l’une de ses meilleures campagnes en carrière, a mentionné Sherman. Ça nous a fait mal.

«J’ai bien aimé le jeu d’Eugene Lewis qui a joué à un très haut niveau. Je crois sans aucun doute qu’on doit avoir plus de profondeur à cette position.»

Par contre, le nom d’Ernest Jackson n’a pas fait partie de son évaluation. Le vétéran, qui avait de grandes attentes placées en lui, n’a pas livré la marchandise.

«Je ne dirais pas qu’il a été décevant, mais on aurait besoin d’une plus grande production de sa part comme de tous les autres, a reconnu Sherman. Je ne veux pas le pointer du doigt pour nos insuccès offensifs.»