Hockey

Suzuki entend rester à Montréal l’an prochain

Publié | Mis à jour

Tout change vite, parfois, dans le monde du hockey. En l'espace de trois mois, l'avenir des Canadiens de Montréal à la position de centre est passé de sombre à plutôt brillant.

En juin, l'organisation mettait la main sur le jeune joueur de centre naturel Jesperi Kotkaniemi au repêchage de la Ligue nationale de hockey. Le Finlandais, qui a amorcé la présente saison à Montréal, n'a plus besoin de présentation.

En septembre, le directeur général Marc Bergevin troquait Max Pacioretty aux Golden Knights de Vegas en retour de Tomas Tatar, un choix de deuxième tour en 2019 et le jeune espoir Nick Suzuki.

Suzuki, le 13e choix au total de la séance de sélection de 2017, a vite été identifié comme le joueur-clé de la transaction qui envoyait le capitaine du CH sous d’autres cieux.

Lors des deux dernières années, le natif de London avait marqué 87 buts. Le joueur de l'Attack d'Owen Sound dans la Ligue junior de l'Ontario a repris où il avait laissé avant la transaction médiatisée du 10 septembre dernier.

Nommé capitaine de l'Attack, il est le 11e meilleur pointeur de l'OHL avec une récolte de 25 points en 16 parties. Il a fait scintiller la lumière rouge adverse à 13 occasions.

Avec un peu de recul, le jeune homme de 19 ans est conscient que sa vie a pris une tournure complètement différente depuis le 10 septembre dernier.

«Je dois admettre que ç'a été un peu fou», de confier le principal intéressé lors d’un entretien avec la chaîne TVA Sports. Je ne savais pas à quoi m'attendre en étant échangé. Je savais que les gens de Montréal sont passionnés et aiment leur équipe. J'ai gagné beaucoup d'abonnés Twitter et Instagram!»

Son entraîneur à Owen Sound, l'ancien hockeyeur Todd Gill, n'est pas surpris de l'intérêt des partisans du CH pour son protégé.

«Vous avez raison d'être emballés! lance-t-il. Nick est une bonne personne. Il est promis à un bel avenir. Sa vision du jeu, ses mains, son tir... ça fait de lui un très bel espoir.»

Lorsque le CH l'a renvoyé chez les juniors, Suzuki a été clair sur ses intentions. Il veut se tailler un poste dans la Ligue nationale dès l'an prochain. Il passerait donc du plus petit marché de l'OHL, Owen Sound, à l'un des plus gros de la LNH, Montréal.

«C'est mon objectif, répète-t-il. Ce sera spécial si ça m'arrive. Je vais tout faire pour avoir ma place l'an prochain.»

S'il avait été utilisé fréquemment à l'aile l'an dernier à Owen Sound, Suzuki est de retour au centre depuis quelques semaines. L'entraîneur-chef Todd Gill l'a séparé de Kevin Hancock et l’a plutôt jumelé aux attaquants Maksim Sushko et Kaleb Pearson.

Gill jure que cela n'est pas seulement en raison du souhait des Canadiens de le voir évoluer à sa position naturelle, au centre.

 «On les a séparés, ça nous donne plus d'options et nous sommes une meilleure équipe comme ça, explique celui qui a joué 1007 matchs dans la Ligue nationale de hockey.

 «Nick peut tout faire. Il peut remplir un rôle défensif, jouer sur l'avantage numérique, que ce soit à l'aile ou au centre sur un premier trio, détaille l'entraîneur. Ce qu'il doit améliorer, c'est sa vitesse d'exécution. C'est ce qu'il fait depuis son retour chez nous.»

Lors du passage de TVA Sports aux abords de la baie Georgienne, Suzuki a été brillant en marquant deux fois (dont le but gagnant) et en récoltant la première étoile du match. Tout ça après avoir quitté le match en première période après avoir été blessé à une jambe!

Le jeune ontarien est conscient qu'il doit améliorer cette facette de son jeu. «Les Canadiens me l'ont dit. J'essaie d'être rapide le plus possible.»

S'il n'évolue plus sur le même trio que Suzuki, Hancock est toujours admiratif de son coéquipier. «Nick est ce genre de joueur qui réussit toujours à réaliser le bon jeu au bon moment, de dire le vétéran de 20 ans. Il force tout le monde à se dépasser.»

Suzuki devrait être un membre de l'équipe nationale canadienne lors du prochain Mondial junior à Vancouver et Victoria. Il agira comme capitaine de l'équipe OHL lors des matchs de la Série Canada-Russie CIBC ce jeudi et lundi prochain.

Fait plutôt rare, il pourrait aussi devenir le premier joueur de l'histoire du circuit junior ontarien à remporter le titre du joueur le plus gentilhomme du circuit junior ontarien pour une troisième année consécutive.

Le principal intéressé a la tête à autre chose. «Ce serait spécial de faire l'histoire mais je pense avant tout à gagner un championnat et avoir de bonnes séries. J'espère que ce sera la bonne cette fois-ci», indique celui dont le parcours en séries s'était arrêté en demi-finale de l'OHL en 2017.

De la musique aux oreilles de Todd Gill. «Je suis confiant de le voir terminer son stage junior en beauté», laisse-t-il tomber.