LNH

La folle histoire des Sénateurs

Publié | Mis à jour

Depuis leur retour dans la Ligue nationale de hockey, les Sénateurs d’Ottawa n’ont complété que 25 saisons. Pourtant, l’histoire de l’équipe regorge déjà de péripéties invraisemblables.

Un chapitre s’est ajouté cette semaine avec la diffusion d’une vidéo montrant quelques joueurs ridiculisant l’adjoint à l’entraîneur Martin Raymond dans une voiture Uber.

L’Agence QMI a répertorié certains dossiers où les Sénateurs n’ont pas bien paru.

Mel Bridgman s’excuse

Dès le repêchage d’expansion, en juin 1992, le directeur général des Sénateurs d’Ottawa Mel Bridgman s’est couvert de ridicule au moment de réclamer certains joueurs. À différentes reprises, les Sénateurs ont ainsi sélectionné des athlètes qui n’étaient plus admissibles. Ce fut le cas notamment avec Todd Ewen, du Canadien de Montréal. Or, le Tricolore avait déjà perdu deux joueurs plus tôt dans ce repêchage. La situation aurait été causée, dit-on, par une batterie déchargée de l’ordinateur portable des Sénateurs devant servir pour l’expansion. Bridgman s’était excusé plus d’une fois durant cette journée catastrophique en utilisant les mots «Ottawa apologizes».

Le dossier Alexei Yashin

Les Sénateurs ont eu leur lot de problèmes avec le premier choix au repêchage de leur histoire, Alexei Yashin, sélectionné deuxième au total en 1992. L’attaquant russe a connu beaucoup de succès au cours des sept saisons qu’il a passées à Ottawa en amassant 491 points, dont 218 buts, en 504 parties. Il a aussi eu plusieurs litiges contractuels avec les Sénateurs. Il a notamment forcé l’équipe à lui donner un nouveau contrat en 1995-1996. Encore insatisfait par son salaire, Yashin a également raté toute la campagne 1999-2000. Un arbitre l’a toutefois forcé à revenir en 2000-2001. Malgré le ressentiment qu’il devait y avoir entre les deux parties, le Russe a bien fait pendant cette campagne, récoltant 40 buts et 48 mentions d’aide pour 88 points. Yashin a finalement été échangé en 2001 aux Islanders de New York en retour de Zdeno Chara, Bill Muckalt et un choix de première ronde qui est devenu Jason Spezza.

Une mauvaise blague

Pendant un match du Canadien au domicile des Sénateurs le 13 janvier 2007, l’équipe locale a présenté une vidéo où sa mascotte, Spartacat, était sur un bateau et forçait un partisan du Tricolore à se jeter à l’eau. Le problème avec cette blague d’apparence inoffensive est que le directeur général du Canadien de l’époque, Bob Gainey, avait perdu sa fille Laura en mer un mois plus tôt. L’organisation des Sénateurs avait présenté des excuses officielles à Gainey et au Canadien après l’incident.

Rupture difficile

Ça, c’est le comble! Les dirigeants des Sénateurs ont même eu une séparation houleuse avec le plus grand joueur de l’histoire de l’équipe, Daniel Alfredsson. Durant l’été 2013, le propriétaire Eugene Melnyk avait critiqué la décision d’Alfredsson de se joindre aux Red Wings de Detroit à titre de joueur autonome. Encore récemment, l’ancien capitaine a laissé entendre que le temps était peut-être venu pour Melnyk de vendre l’équipe.

Controverse entre conjointes

La dernière année des Sénateurs aura été marquée par une controverse impliquant les conjointes d’Erik Karlsson et de Mike Hoffman. En juin dernier, Melinda Karlsson a ainsi demandé à la Cour de l’Ontario une ordonnance de protection contre la fiancée de Hoffman, alléguant que celle-ci l’aurait harcelée et intimidée sur le web à de nombreuses reprises. Le clan Hoffman a vigoureusement nié les accusations, mais le joueur a été échangé sous d’autres cieux durant l’été. En septembre dernier, Karlsson quittait à son tour les Sénateurs.

Randy Lee

Récemment, les Sénateurs ont dû gérer une situation qui n’a rien d’amusant. Randy Lee, alors directeur général adjoint, a été arrêté le 31 mai après qu’un chauffeur de navette de 19 ans a porté plainte pour harcèlement sexuel.

Suspendu en premier lieu, il a ensuite démissionné de son poste.