LNH

La consécration de «Big Brother»

La consécration de «Big Brother»

Renaud Lavoie

Publié 06 novembre
Mis à jour 06 novembre

Je me souviens de l’arrivée des caméras dans les différentes rues des grandes villes américaines dans les années '90. Bien des commentateurs s’indignaient parce qu’ils disaient que c’était une atteinte à la vie privée d’être toujours surveillés.

Personnellement, je n’avais rien contre l’idée, parce que je n’ai absolument rien à me reprocher dans la vie, au point de vue légal, donc je me disais que si j’étais surveillé, la personne qui me regardait allait trouver ça particulièrement ennuyant.

Une attaque contre tous

Le chauffeur de Uber qui a eu l’idée de diffuser, sur YouTube, une conversation privée entre sept joueurs des Sénateurs à Phœnix est non seulement une atteinte à la vie privée, mais une attaque contre nous tous. Lorsque nous sommes entre amis ou avec des membres de la famille, on a le droit d’avoir des discussions sur tout ce qui nous touche, de près ou de loin, sans avoir peur que notre téléphone, notre télévision ou une caméra dans un Uber, nous enregistrent. La journée qu’on transgresse cette façon de vivre, plus rien ne tient.

Et malheureusement, je me demande si les conséquences seront plus grandes maintenant qu’on a la preuve que tout est possible en 2018.

Comment régler ce dossier

Des joueurs qui parlent contre leurs entraîneurs et des entraîneurs qui parlent contre leurs joueurs, ce n’est rien de nouveau et rien d’illégal.

Par contre, on sait quelle impression ces quelques joueurs ont de Martin Raymond et sans être grossier, ce n’est pas joli. Faut-il les discipliner pour autant? Non. Il faut surtout mettre les points sur les «i» et les barres sur les «t».

Bref, il faut crever l’abcès pendant qu’il est encore temps. Pour ce qui est de l’entraîneur-chef des Maple Leafs, Mike Babcock, qui a dit ce matin qu’on était toujours «on record» dans la vie, j’espère qu’il rigole parce que j’imagine que ce ne serait pas joli non plus si tout ce qu’il avait dit en mal de certaines personnes devenait soudainement public.

Que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre.