Crédit : AFP

Boxe

Boxe: un sommet si difficile à atteindre

Boxe: un sommet si difficile à atteindre

Nancy Audet

Publié 05 novembre
Mis à jour 05 novembre

De tous les sports, la boxe est sans aucun doute l'un des plus difficiles. Physiquement et mentalement. Un sport violent qui pousse l’athlète à la limite de ce qu’un être humain peut endurer. Entraînement rigoureux, alimentation stricte et habitudes de vie qui ressemblent à celles d’un moine. Conserver un équilibre mental représente tout un défi pour ces guerriers des temps modernes.

Mais quelle est la meilleure recette pour atteindre le sommet? La réponse est simple: il n’y en a pas. La recette est différente pour chaque pugiliste. C’est ce qui rend le succès de chacun si difficile à prévoir. Toutefois, je dirais qu’il y a des ingrédients essentiels.

  • Un cœur de lion
  • Une détermination à toute épreuve
  • Une santé et un moral de fer
  • Un désir profond de progresser
  • Un talent indéniable pour le noble art
  • Une équipe sincère et dévouée

Même si un boxeur respecte ces règles d'or, rien ne garantit qu'il atteindra son plein potentiel. La boxe demeure un milieu de requins. Il y a une tonne d’éléments impossibles à contrôler. Je parle ici de la politique entourant les différentes organisations. Les promoteurs doivent graisser la patte des dirigeants pour assurer une place à leur poulain dans les classements. Alors, ce n’est malheureusement pas qu’une question de talent et de détermination.

Un boxeur doit donc savoir s’entourer. Trouver un promoteur qui va réellement miser sur lui et lui offrir l’encadrement dont il a besoin. Un promoteur qui ne pensera pas uniquement à sa poche et qui voudra investir sur le long terme. Cela ne court pas les rues. Il faut donc être très chanceux pour trouver la perle rare. Il doit aussi s’entourer d’une solide équipe. Entraîneur, préparateur physique, médecin, physiothérapeute et psychologue sportif. Ce dernier élément est souvent négligé.

Pourtant, c’est essentiel pour tenir le coup durant les périodes difficiles. La préparation mentale est aussi importante que la préparation physique. Je connais plusieurs boxeurs qui devraient rapidement se trouver un psychologue capable de les aider dans leur préparation.

Il y a quelques jours, l’ancien champion du monde des mi-lourds André Ward a publié un message fort intéressant. Il parle des pires habitudes de vie à l'extérieur du ring pour un boxeur professionnel.

Comme le dit l’ancien détenteur des ceintures WBA, WBO et IBF, il ne faut pas consommer de drogues ou d’alcool et fuir les boîtes de nuit. Il ne faut pas prendre 20 à 30 lb entre les combats et il ne faut pas s’entraîner uniquement quand il y a un affrontement de prévu. Un excès de confiance qui nous empêche d’apprendre, penser qu’on est imbattable, être lâche, s’entourer de personnes qui nourrissent uniquement votre ego, voilà d'autres conseils de Ward.

Ces règles sont pleines de sens. Est-ce difficile de toutes les respecter? Énormément. Et je ne parle pas ici de l’importance d’être bien entouré dans sa vie privée. Un bon noyau d’amis. Une famille aimante. Des gens qui seront là dans les hauts comme dans les bas. Il n’y a rien de pire qu’un boxeur qui se rend compte après un revers qu’il n’y a plus personne autour de lui. Car malheureusement, dans ce sport, on gagne en équipe, mais on perd souvent seul. Il faut avoir de vrais alliés.