Impact

Piatti et Bush récompensés

Publié | Mis à jour

Il y a eu très peu de suspense lors de l’annonce du joueur défensif et du joueur par excellence de l’année en 2018, mercredi. Les candidats étaient évidents en Evan Bush et Ignacio Piatti.

Le premier a maintenu l’équipe à flot en début de saison et par la suite, alors que le second a transporté l’attaque à lui seul en l’absence d’un véritable attaquant de pointe.

C’est un premier titre pour Bush, mais un quatrième d’affilée pour Nacho. Après la présentation des honneurs, le président du club, Joey Saputo, a d’ailleurs blagué en disant que s’il le remportait une autre fois, on allait devoir renommer le trophée en son honneur.

Piatti a d’ailleurs assuré que tout est au beau fixe entre le président et lui. Rappelons qu’au cours de l’été, Saputo s’était questionné lors d’une entrevue radiophonique sur la pertinence d’avoir un joueur à six millions de dollars plutôt que trois joueurs à deux millions.

«On a parlé après cette déclaration parce qu’on a une bonne relation, a mentionné l’Argentin. C’est le président et il peut dire ce qu’il veut. J’ai fait mon travail sur le terrain et tout va bien.»

Locomotives

Les deux vétérans ont été, à leur façon, les locomotives de cette équipe cette saison même si aucun d’eux ne se retrouve sur la courte liste pour les titres de gardien de l’année et de joueur par excellence de la MLS.

Bush a dominé la ligue pour le nombre d’arrêts (132) en plus d’avoir l’une des meilleures moyennes d’arrêt à 71,7 %. Il se retrouve aussi au troisième rang parmi tous les gardiens avec 10 blanchissages, un sommet personnel.

Quant à Piatti, il a connu la meilleure saison de sa carrière en prouvant une fois de plus sa grande régularité.

Il a inscrit un but de moins que la saison dernière, soit 16, mais il a plus que doublé son nombre de passes décisives, qui est passé de 6 à 13.

«J’ai fait plus de passes décisives. Peut-être que j’ai commencé à jouer plus tranquille cette année.»

De retour

Piatti ne court pas après les honneurs individuels et il a tenu à partager ce trophée avec ses coéquipiers.

«Je suis content de recevoir ce trophée. Je me sens bien ici avec tout le groupe. Je dis aussi merci au groupe parce que je n’ai pas fait ça à moi seul.

«Je voulais faire les séries et j’échangerais ce trophée contre une place en séries.»

À 33 ans, Piatti est encore sous contrat pour l’an prochain avec une année d’option pour 2020. Il n’a jamais caché qu’il aime Montréal, mais il ne veut pas trop se projeter dans le temps.

«Je veux revenir l’année prochaine. Après, je ne sais pas ce que la vie me réserve. Je ne peux pas aller plus loin.»