Impact

Jackson-Hamel et Garde: des visions opposées

Publié | Mis à jour

Quand est venu le temps pour Anthony Jackson-Hamel de se prononcer sur la saison qu'il a vécue avec l'Impact de Montréal, l'attaquant affirme qu’il aurait été bien plus utile sur le terrain que sur les lignes de côté.

«Il [Rémi Garde] a pris la décision de ne pas me mettre dans le groupe. Ce n’est pas personnel. S’il voit que je ne peux pas aider l’équipe, c’est son choix. Mais vous comprendrez que je ne suis pas de cet avis», a lancé Jackson-Hamel, mercredi.

Le «bombardier de Limoilou» semblait très émotif et s'est vidé le coeur devant les journalistes.

«Avec l’année que j’ai connue en 2017, j’avais de plus grandes attentes envers la confiance qu’on allait m’accorder. Je pensais qu’on savait ce que je pouvais apporter sur un terrain de football.»

Chose certaine, Jackson-Hamel est convaincu qu’il peut toujours contribuer aux succès de l’Impact, et pour lui, pas question d’évoluer dans une ligue inférieure.

«Tout le monde sait comment je me sens. Tout ce que j’aurais voulu, [...] c’est plus de temps de jeu.»

Le Québécois de 25 ans est également revenu sur ses deux blessures aux ischio-jambiers subies au cours de la saison.

«Je sais que mes blessures ont ralenti mon processus de retour au jeu et ça ne m’a pas permis de me tailler une place au sein de l’équipe première, a admis Jackson. Mais ça ne m’a pris que deux à trois semaines avant d’être pleinement rétabli et on ne m’a pas réinséré dans la formation.»

En 580 minutes de jeu cette saison, Jackson-Hamel a marqué deux buts. Il les avait inscrit lors du même match contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre au Stade Saputo le 5 mai dernier.

Voyez l'entrevue ci-dessus.