Crédit : Simon Clark/Agence QMI

Canadiens

«Je mentirais si je disais que ça ne me frustre pas» - Hudon

Publié | Mis à jour

Le marron n’est pas la couleur tendance chez les Canadiens de Montréal. C’est la couleur du gilet réservé aux attaquants du quatrième trio de l’équipe. À la veille de la visite des Flames de Calgary au Centre Bell, il y avait lundi cinq joueurs avec ce chandail sur le dos : Matthew Peca, Nicolas Deslauriers, Andrew Shaw, Charles Hudon et Nikita Scherbak.

Des cinq, trois seront en uniforme contre les Flames. Si Scherbak regardera un huitième match de la passerelle de presse, Hudon pourrait subir ce sort pour une deuxième fois d’affilée.

Rien à se reprocher

Claude Julien a refusé de le confirmer, mais il a précisé qu’il désire rester patient avec Deslauriers, qui est revenu au jeu face aux Sénateurs après une fracture au visage subi dès le premier match préparatoire face aux Devils du New Jersey. Idem pour Shaw, qui avait raté deux rencontres en raison d’un virus.

«Je veux aussi leur donner la chance de retrouver leur jeu, a précisé Julien. Il faut prendre des décisions. Charles n’a rien à se reprocher. Il y a eu des punitions à son dernier match [Blues de St. Louis], mais ce n’était pas la raison de son retrait de la formation. Il joue du bon hockey pour le rôle que nous lui donnons depuis le début de l’année.

Je n’aurais aucun problème à le réintégrer dans la formation si j’avais un blessé au sein de mes trois premiers trios, a-t-il poursuivi. C’est ça qui est difficile. Charles ne joue pas du mauvais hockey, c’est une question de nombre de joueurs.»

Patience

Dans le vestiaire du Tricolore, Hudon n’avait pas l’intention de créer des vagues avec son retrait de la formation lors du dernier match contre les Sénateurs, à Ottawa.

«Je mentirais si je disais que ça ne me frustre pas, a répliqué Hudon. Mais ça fait partie du hockey. Depuis que j’ai l’âge de 5 ans que je rêve de jouer au hockey. J’ai signé un contrat pour jouer au hockey et ça fait partie du jeu. Il y a toujours des gars dans les gradins. J’aurai juste à bien réagir à mon retour sur la patinoire. Je respecte les choix des entraîneurs.

Je n’irai pas parler aux entraîneurs, j’aurais l’impression de me plaindre, a-t-il poursuivi. Ça ne fait pas partie de mes valeurs. Claude est un gars qui est proche de ses joueurs. Quand il aura la chance de venir me parler, on s’expliquera. Mais d’ici là, ça ne vaut pas la peine.»

Bons chiffres

Même s’il est confiné à un rôle d’ailier au sein du quatrième trio, Hudon a obtenu trois points (deux buts, une aide) à ses six premiers matchs cette saison.

«Je ne suis pas un joueur qui chiale sur son temps de jeu, mais pour l’utilisation que j’ai depuis le début de la saison, je trouve que je fais de bonnes choses, a-t-il répliqué. J’ai formé un bon trio avec Peca, Shaw ou Pleky. Il n’y a pas beaucoup de quatrième trio avec cette production. Je ne pense pas perdre en confiance. Je continue à travailler fort dans les entraînements. Les décisions appartiennent à l’entraîneur. Moi, je dois faire mon travail, c’est tout.»