Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Football universitaire RSEQ

Justin Éthier va rebrasser la soupe

Publié | Mis à jour

Le Rouge et Or de l’Université Laval misera-t-il sur la même recette offensive pour vaincre les Redmen de McGill samedi après-midi au stade Percival-Molson que lors du duel initial entre les deux formations où le jeu aérien avait volé la vedette ?

Le quart-arrière Hugo Richard avait complété 29 de ses 31 passes pour 379 verges lors de la première demie, en route vers une victoire de 53-7.

«On ne tentera pas de reproduire le premier match, a souligné le coordonnateur offensif Justin Éthier. Il faut être réaliste. C’est rare qu’un quart-arrière complète 29 de ses 31 passes. Tout semblait parfait, mais il y avait des choses à améliorer, notamment la protection de passe.»

«La contribution au sol est importante et on recherche un meilleur équilibre, mais on va faire ce qu’il faut pour avancer sur le terrain en tenant compte de ce que McGill nous présente, de poursuivre Éthier. McGill avait mis peu de pression en se concentrant sur la couverture de passe, mais je m’attends à ce qu’ils en mettent beaucoup dès le départ. On s’est préparés pour ça. Ils vont complètement changer leur plan de match.»

À ne pas répéter

Satisfait de l’offensive qui a récolté 412 verges dans la victoire face aux Carabins, Éthier a encore un jeu de travers dans la gorge.

«On ne doit plus jamais se retrouver avec 13 joueurs dans le caucus, a-t-il prévenu. On a eu de la difficulté à obtenir la coopération de tout le monde. On ne cherche pas un coupable. C’est une erreur dans le processus. C’est moi qui suis responsable du processus et je prends l’erreur sur mes épaules, mais j’ai prévenu les joueurs que ça ne doit plus arriver. C’est inacceptable.»

Posté à la ligne d’une verge des Bleus après une passe de 64 verges à Mathieu Robitaille, le Rouge et Or a écopé d’une punition pour avoir eu 13 joueurs dans le caucus.

Sur le jeu suivant, Richard a été victime d’une interception dans la zone des buts et Laval s’est retrouvée les mains vides.

«Le demi défensif [Marc-Antoine Dequoy] a réussi tout un jeu et je n’ai aucun regret sur l’appel, a souligné Éthier, mais ce jeu n’aurait jamais dû se produire. Il fallait se donner la chance de concrétiser de la ligne d’une verge.»

Premier départ

Alexandre Gagnon obtiendra son premier départ en carrière. L’ailier défensif remplacera Marc-Antoine Bellefroid qui s’est blessé à un ischiojambier, jeudi, à l’entraînement.

L’ailier défensif recrue Yanis Chihat disputera son premier match en carrière.

Le receveur Christian Dallaire sera de retour au jeu après avoir subi une fracture à une main face aux Stingers de Concordia le 1er septembre.

Blessés contre Montréal, les demis défensifs Souleymane Karamoko et Murura Amani Malinda seront absents. Alexandre Lebreton et Charles-Antoine Beaulieu prendront la relève.

Un apport qui ne se limite pas aux chiffres

À sa dernière saison, Benoît Gagnon-Brousseau joue un rôle de leader qui prêche par l’exemple.

«Je savoure chaque moment et j’en profite au maximum, a résumé l’ailier espacé du Rouge et Or. Chaque match est un dernier.»

Gagnon-Brousseau a marqué son premier touché de la saison dans la victoire face aux Carabins de l’Université de Montréal, le seul majeur du Rouge et Or face aux Bleus cette saison en deux parties.

«Ce n’est pas la quantité, mais l’importance. Ça fait du bien et c’est le fun de marquer contre Montréal. Même si je n’avais pas de touché, ça ne me tracassait pas. On avait une fiche de 5-0. Peu importe mon rôle, je ne veux pas perdre.»

Gagnon-Brousseau ne craint pas que le Rouge et Or prenne les choses à la légère face aux Redmen.

«On doit gagner et bien jouer, a souligné le produit des Spartiates du Vieux Montréal. Les jeunes le savent et on n’a pas eu besoin de les ramener à l’ordre. On ne peut pas perdre une semaine de préparation. Après avoir affronté Montréal, c’est moins émotif cette semaine, mais il n’y a pas eu de baisse de concentration.»

À fond de train

«La contribution de Gagnon-Brousseau va au-delà des statistiques. En cinq ans, je ne me souviens pas d’un entraînement où Benoît n’était pas enthousiaste et à 100 mi/h, a louangé le coordonnateur offensif Justin Éthier. Il aime le football et il est toujours de bonne humeur. Son enthousiasme est contagieux et il est très apprécié dans le vestiaire.»

Éthier aime l’engagement de son vétéran. «Partant à sa 3e saison en 2016, Ben a subi une blessure à l’entraînement deux jours avant le match à Montréal et c’est le moment où Jonathan Breton-Robert est entré et il a eu un impact spectaculaire dès le départ, a-t-il rappelé. Ce fut difficile, mais il est passé par-dessus. Il faisait tellement bien derrière Jonathan qu’on l’a déplacé comme ailier espacé partant l’an dernier.»