Impact

Joey Saputo perd 11 millions $ par année avec l’Impact

Joey Saputo perd 11 millions $ par année avec l’Impact

Nicolas Martineau

Publié 12 octobre
Mis à jour 12 octobre

Le propriétaire de l’Impact Joey Saputo perd en moyenne 11 millions de dollars par année et il est à la recherche de solutions.

Il veut continuer à investir sur le terrain... mais le retour sur l’investissement doit être nettement plus élevé. Vente de billets, masse salariale, taxes foncières... Transparent comme jamais, M. Saputo a montré son jeu à une douzaine de journalistes lors d’une table ronde, vendredi matin.

Vente de billets

Depuis des années, le nombre d’abonnés de saison de l’Impact oscille autour de 9000. M. Saputo veut augmenter ce nombre à 13 500 détenteurs de billets de saison, soit la moyenne dans la MLS.

Saputo et ses acolytes travaillent d’arrache-pied pour faire grandir la base partisane. En ce moment, Montréal se classe au 18e rang dans la MLS à ce chapitre, malgré la forte présence de fans de soccer dans la métropole québécoise. L’équipe a tenté d’attirer les familles, puis les jeunes adultes... mais l’identité du club est toujours mal définie. De là l’importance d’une équipe marketing... qui n’existe pas chez l’Impact. Mais nous y reviendrons un peu plus tard.

Les billets individuels, quant à eux, sont moins chers à Montréal que partout ailleurs en MLS. En 2017, le revenu moyen par billet était de 26$. En 2018, il est de 30$. Saputo veut augmenter ce revenu moyen à 40$ en 2020, ce qui pourrait permettre à l’Impact de toucher 3,5M$ de plus par année.

L’augmentation de revenu moyen par billet ne signifie par une augmentation des prix de tous les billets, mais bien une restructuration des prix.

La formule est simple : 18 matchs à domicile x 19 500 spectateurs = 351 000 spectateurs.

2018 : 351 000 x 30$ = 10 530 000$

2020 : 351 000 x 40$ =14 040 000$

Une chose est certaine, l’Impact fait actuellement beaucoup moins d’argent que certaines formations du circuit Garber avec sa vente de billets. Atlanta United, par exemple, récolte des revenus de 2M$ US par match, tandis que l’Impact touche environ 510 000 dollars canadiens à chaque rencontre.

En un match, les revenus d’Atlanta United leur permettent de payer le salaire annuel de Miguel Almiron.

Masse salariale : Saputo insatisfait

La masse salariale de l’Impact de Montréal est la 7e plus élevée de la MLS, selon Joey Saputo. Mais le président du club n’est pas satisfait de la manière dont cet argent est géré à l’heure actuelle. Il ne veut pas dépenser moins... il veut simplement dépenser mieux. Cette tâche revient à Adam Braz, Nick De Santis et Rémi Garde.

«J’ai eu un meeting hier avec le staff technique pour voir comment on peut s’améliorer pour l’an prochain. Il y a une somme d’argent disponible, mais on doit être intelligents comment on la dépense. L’an dernier, nous avons commencé notre recrutement tard. On avait un entraîneur qui ne connaissait pas la ligue et on a dépensé l’argent trop vite parce que nous étions désespérés à amener du changement. Je pense qu’on peut faire mieux... mieux gérer notre argent. On a pris des décisions rapidement parce qu’on était désespérés.» 

M. Saputo est d’ailleurs revenu sur sa fameuse déclaration du mois de mai voulant qu’il serait peut-être mieux d’avoir 3 joueurs à 2 millions, plutôt qu’un joueur à 6M$...

«Je disais ça sans vouloir manquer de respect à Nacho Piatti. C’est un gars sensible et il l’a pris personnel, mais je me suis expliqué avec lui. Je parlais plutôt dans l’ensemble, dans cette ligue, avec toutes les règles de DP, TAM, GAM, il y a moyen de mieux gérer nos salaires.»

Taxes foncières

Joey Saputo et la mairesse de Montréal Valérie Plante se sont rencontrés la semaine dernière. Le propriétaire de l’Impact n’est pas passé par quatre chemins, il aimerait un coup de main de la part de la Ville. En somme, il demande à l’administration municipale de réduire ses taxes foncières d’environ $1,5M par année.

Il a avoué avoir mal négocié avec la Ville de Montréal lors de la construction/rénovation du Stade Saputo et lors de l’acquisition de la Caserne Letourneux. M. Saputo estime avoir fait un don à la Ville en construisant son stade sur les terrains du Parc olympique. Il aimerait maintenant renégocier avec la mairesse Valérie Plante les conditions de son bail emphytéotique de 40 ans. Selon lui, ses taxes foncières salées sont injustes, puisque toutes les autres installations du Parc olympique ne paient pas ces taxes. (Le cinéma Star Cité paie des taxes foncières, mais le terrain a été acheté en 2016 au coût de 2 M$.)

Saputo avait même des projets d’agrandissement pour le stade. Il s’est même permis de nous dévoiler les plans de la firme d’architectes avec laquelle il travaille. Il était prêt à y investir 50 millions de plus pour, notamment, ajouter 2 étages à la section Nord du Stade Saputo. Sauf que ce nouvel investissement ferait augmenter la valeur de l’édifice... et ses taxes foncières seraient augmentées d’environ 2 millions de dollars de plus. Hors de question pour lui d’aller de l’avant avec ce projet dans ces circonstances.

Autres points intéressants, en vrac :

L’Impact de Montréal et le FC Bologne auront désormais une structure de recrutement conjointe. M. Saputo a désormais 7 recruteurs éparpillés un peu partout dans le monde et ils desserviront les deux clubs en même temps. ENFIN!

Saputo songe à revoir son modèle d’affaires, en embauchant de jeunes joueurs de 19-20 ans, pour ensuite les revendre à profit en Europe. Après avoir acheté Victor Cabrera 500 000$ il y a quelques années, il s’est fait offrir 1 M$ l’an dernier, offre qu’il a refusée. Mais cette offre l’a certainement fait réfléchir.

Nous connaissons désormais le véritable prix de vente de Ballou Tabla au FC Barcelone B : 1 million d’Euros. Il y a également une clause de revente et une clause s’il joue éventuellement plusieurs matchs avec le FC Barcelone.