Les Partants

Alex Anthopoulos «prêt à aider» pour le retour du baseball majeur à Montréal

Publié | Mis à jour

Le directeur général des Braves d’Atlanta, Alex Anthopoulos, a affirmé, vendredi, qu’il est prêt à aider le projet du retour du baseball majeur à Montréal.

Voyez l’entrevue complète ci-dessus.

Il a été toutefois catégorique sur la question, il souhaite terminer sa carrière au sein de l’organisation de la Géorgie. Mais, il ne peut pas s’empêcher d’être excité à l’idée de revoir une deuxième équipe canadienne au sein de la MLB.

«Je ne suis pas entré en contact avec Stephen Bronfman et Mitch Garber, des hommes d’affaires qui travaillent très fort sur le projet, a expliqué Anthopoulos à l’émission Les Partants sur les ondes de TVA Sports. Mais si jamais ils ont besoin de mon aide, de mes conseils ou simplement de mon opinion, je suis prêt à les aider là-dessus.»

L’homme de confiance des Braves a très bien fait cette année, lui qui a grandement redressé les Braves cette saison en leur permettant d’accéder aux séries éliminatoires pour une première fois depuis 2013. Ils s'étaient d'ailleurs inclinés contre les mêmes Dodgers.

«Même si on a perdu en quatre matchs, on peut dire qu’on a connu une excellente saison. Nous avons terminé au premier rang de notre section, mais cette défaite nous prouve qu’on nous avons encore du travail à faire.»

Les Braves ont d’ailleurs connu une progression fulgurante en remportant 20 matchs de plus que la saison dernière.

«L’important pour moi était de nous améliorer défensivement cette saison et d’améliorer la chimie entre les joueurs, ça a grandement aidé nos lanceurs», a expliqué Anthopoulos.

Ce dernier a déjà plusieurs années d’expérience derrière la cravate et connait maintenant parfaitement ce qu’il faut pour avoir une formation qui peut aspirer aux grands honneurs.

«J’ai fait des erreurs par le passé en pensant qu’il ne fallait que des joueurs de talent dans une équipe pour gagner des matchs. Mais ce n’est vraiment pas comme ça que ça marche. Il faut des joueurs qui sont en mesure de se compléter les uns les autres, c’est vraiment l’important.»

L’homme qui a emmené Vladimir Guerrero fils en sol canadien

Alex Anthopoulos a d’ailleurs raconté, alors qu’il était le directeur général des Blue Jays de Toronto, comment s’était déroulé le processus pour convaincre Vladimir Guerrero fils de joindre les rangs de la formation ontarienne.

«On a surveillé Vlad très longtemps. À 14 ans, on est allé le voir en République dominicaine et on savait qu’il avait ce petit quelque chose en plus. Il frappait la balle tellement fort comparé aux autres joueurs de son âge. On a par la suite réalisé que c’était le fils de l’ex-joueur vedette des Expos et on l’a convaincu de signer avec les Jays, a-t-il raconté. À ce moment, on le savait qu’on avait un maintenant un grand joueur dans nos rangs.»