Canadiens

Le concept d'équipe, le mantra de Serge Savard

Publié | Mis à jour

Vingt-cinq ans après leur conquête de 1993, les derniers joueurs des Canadiens à avoir remporté la coupe Stanley étaient réunis, jeudi soir. Au-delà des réussites individuelles, c’était avant tout une équipe qui avait enlevé les grands honneurs à l’époque.

L’ancien directeur général Serge Savard avait fait du principe de travail collectif son mantra. «En 1993, c’est l’équipe qui a gagné, du premier au dernier joueur», a-t-il rappelé.

Même les bonis des joueurs - qui récompensent généralement les performances individuelles - étaient conséquents avec la philosophie prônée par Savard. Son ancien joueur Rob Ramage lui a évoqué le moment où il avait accepté de modifier son contrat : 10 000$ lui seraient versés par série gagnée.

«Personne n’avait un boni personnel, j’ai travaillé beaucoup sur le concept d’équipe, j’ai travaillé sur ça avec mes instructeurs. J’ai hérité de ça dans l’organisation quand j’ai commencé ma carrière sous les ordres de Toe Blake.»

Dans un discours dont se souvient très bien Savard, le légendaire entraîneur-chef avait garanti à sa troupe que l’équipe finirait au premier rang du classement général si elle accordait moins de 185 buts durant la saison.

«Moi je viens d’une génération où ne pas donner un but était aussi important sinon plus important qu’en marquer un», a expliqué l’homme dont le numéro 18 se trouve dans les hauteurs du Centre Bell.

Écoutez les propos de Serge Savard dans la vidéo ci-dessus.