Canadiens

«Ils avaient Patrick Roy et le sens du timing» –Rob Blake

Publié | Mis à jour

La conquête de la coupe Stanley par le Canadien de Montréal en 1993 n’a pas la même signification pour tout le monde. Alors que les partisans du Canadien et la quinzaine d’anciens joueurs présents au Centre Bell savouraient ce 25e anniversaire, Rob Blake se rappelait un moment décevant de sa carrière.

«Ce sont quand même de beaux souvenirs, a soutenu le vice-président et directeur général des Kings de Los Angeles, jeudi. On avait affronté les Maple Leafs et le Canadien coup sur coup. Notre parcours nous avait amenés dans les deux plus célèbres villes de la LNH. C’était toute une expérience de jouer dans ces édifices dans des rondes aussi tardives.»

À l’automne 1992, lors du camp d’entraînement, Jacques Demers avait prédit à ses joueurs qu’ils surprendraient le monde du hockey. Selon Blake, deux éléments ont grandement contribué à cette réussite.

«Ils avaient Patrick Roy et le sens du "timing". Ils ont marqué trois buts en prolongations contre nous et 10, au total, pendant leur parcours», a rappelé Blake.

«Évidemment, lors du deuxième match, nous détenions l’avance tard dans la rencontre et nous l’avons perdue», a-t-il poursuivi, faisant référence au célèbre épisode du bâton illégal de Marty McSorley.

Pas la fin du monde

Le défenseur était âgé de 23 ans lorsque les Kings ont baissé pavillon en cinq rencontres face au Tricolore. Bien qu’il était passé très près de son rêve, ce revers n’avait pas eu des allures de fin du monde pour lui.

«C’est arrivé tôt dans ma carrière. À cet âge-là, tu penses que tu vas y retourner rapidement. Ce n’est que quatre ou cinq ans plus tard que j’ai réalisé que j’aurais dû tirer avantage de cette occasion», a raconté celui dont la carrière s’est étirée jusqu’au printemps 2010.

Et pour cause. À la suite de cette présence en grande finale, Blake et les Kings ont raté les séries éliminatoires lors de cinq des six saisons suivantes, dont quatre fois de suite.

Ce n’est qu’en 2001, quelques mois après avoir été acquis par l’Avalanche du Colorado, que Blake a finalement pu soulever le précieux trophée. Une longue attente de huit ans.