Sébastien Bouchard

Photo : Sébastien Bouchard

Boxe

Un premier titre en vue pour Sébastien Bouchard

Publié | Mis à jour

Après des années de dur labeur, Sébastien Bouchard aura enfin l’occasion de se battre pour un titre, le 1er décembre prochain. Il devra toutefois écarter de son chemin son adversaire du 20 octobre dans le ring du Casino de Montréal avant de penser à s’entourer la taille d’une ceinture.

Le promoteur Yvon Michel a confirmé mardi que le super-mi-moyen (16-1, 6 K.-O.) se battra en championnat régional lors de la carte mettant en vedette le champion des mi-lourds du WBC, Adonis Stevenson, au Centre Vidéotron. Un pas de plus vers son objectif de se consacrer à plein temps à son sport pour celui qui occupe un emploi au port de Québec comme débardeur

Puisque l’issue de son combat contre le Mexicain Carlos Gorham (16-4, 10 K.-O.) à Montréal dictera la suite des choses, l’identité de son adversaire reste à déterminer pour l’obtention du titre mineur. Bouchard s’est quelque peu échappé durant la conférence de presse. «J’ai soumis une idée à Yvon et on aura peut-être une surprise pour les amateurs de boxe», a lancé le boxeur originaire de Baie-Saint-Paul.

«Ça fait longtemps qu’on a promis un combat de championnat à Sébastien, et s’il l’emporte, le top-15 pourrait être à sa portée. Cela dit, il avait besoin de se préparer avant et le combat du 20 octobre servira un peu de camp d’entraînement», a spécifié le président de GYM, qui n’a pas voulu non plus en dire davantage sur le pugiliste dans l’œil de Bouchard.

Ce sera sans son fidèle entraîneur François Duguay pour son défi dans une semaine et demie puisque ce dernier dira «oui, je le veux» à sa conjointe au même moment.

Faire attention

Bouchard est conscient de l’existence de risques en mettant les gants quelques semaines avant ce qui pourrait être le combat le plus important de sa carrière.

«On va être vigilant pour éviter les coupures et les blessures aux mains. Je n’ai pas les mains fragiles, mais je n’ai pas non plus les mains les plus dures, alors faut faire attention. Il faut que j’aille en pensée le fait que je vais me battre ici [à Québec]. Je n’embarquerai dans une guerre si ce n’est pas nécessaire», a reconnu le protégé du club Empire de Sainte-Foy.

Papa depuis cinq mois de la petite Amanda, qui a d’ailleurs assisté à la rencontre de presse en compagnie de sa maman Natacha, Bouchard l’avait emporté par arrêt de l’arbitre (TKO) à sa dernière sortie entre les câbles, le 19 mai, à Toronto. Bébé venait à peine de voir le jour dans les jours précédents. Le principal intéressé ne s’est pas battu depuis février 2017 devant son public.

«Ça fait longtemps que je veux ça [des combats rapprochés]. Ma blessure au biceps [qui a nécessité une opération à l’automne 2017] a retardé ça et Yvon était occupé avec toutes ses négociations. Là, je pense qu’il aura plus de liberté et je pense qu’il sera capable de me donner le pourquoi on a signé avec lui.»

Et comment se déroule la vie avec le chapeau de père?

«Je ne serais pas honnête de dire que ce n’est pas ma blonde qui fait le gros du travail. Elle sait que j’ai un horaire chargé. C’est elle qui s’en occupe la majorité du temps. Je n’ai pas peur de changer une couche ou d’y donner le biberon, mais un bébé, c’est sa mère!» a-t-il lancé en riant.