Nikita Scherbak

Photo : Nikita Scherbak Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Canadiens

Nikita Scherbak : un jour à la fois

Publié | Mis à jour

Nikita Scherbak détachait tranquillement ses patins et il retirait la dizaine de tours de ruban adhésif sur ses bas. Si ce n’était pas du bruit du ruban, il faisait tout en son possible pour rester le plus discret.

Scherbak n’avait visiblement pas le goût de parler aux médias, mardi. Il aurait préféré que son voisin de casier, Phillip Danault, monopolise complètement l’attention. Mais le Russe a fait un court brin de jasette.

«Ce n’est pas facile pour moi, mais je veux continuer à travailler le plus fort possible, a raconté Scherbak. J’aimerais jouer, sauf que je dois attendre mon tour. Je sais que je finirai par avoir une chance. Pour l’instant, tous les joueurs jouent du bon hockey et il n’y a pas de raison pour l’entraîneur de faire de gros changements.»

Claude Julien a rayé le nom de Scherbak de sa formation pour les deux premiers matchs de la saison à Toronto et Pittsburgh. Le choix de premier tour du CH en 2014 subira le même sort lors de la rencontre inaugurale au Centre Bell face aux Kings de Los Angeles, jeudi.

À l’entraînement, il se retrouvait encore une fois à l’aile droite du cinquième trio avec les deux autres substituts chez les attaquants, Tomas Plekanec et Jacob de la Rose.

De son propre aveu, Scherbak considère qu’il a connu un bon camp et qu’il a travaillé fort pour mériter un poste. Marc Bergevin et Julien ont probablement une évaluation fort différente...

Un joueur en trop

D’ici les prochains jours, de la Rose devrait logiquement recevoir le feu vert des médecins pour un retour au jeu. À ce moment, le Tricolore se retrouvera avec 15 attaquants et 24 joueurs, un de plus que la limite permise.

L’ailier de 22 ans pourrait être l’homme en trop.

«Je prends ça un jour à la fois, nous verrons ce qui arrivera», a-t-il sèchement répliqué lorsque questionné sur cette possibilité.

Il y a toutefois un risque à abandonner rapidement avec lui. Avant de prendre la route du Rocket de Laval, Scherbak devra passer par le ballottage. Le CH pourrait ainsi perdre un ancien gros choix au repêchage contre absolument rien.