Boxe

Des distractions à l’horizon pour Adonis Stevenson

Publié | Mis à jour

S’il veut venir à bout d’Oleksandr Gvozdyk, Adonis Stevenson devra trouver une façon de composer avec deux projets d’envergure pendant son camp d’entraînement: l’arrivée d’un bébé et la construction d’une maison.

La conjointe du champion WBC des mi-lourds, Simone God, doit donner naissance au premier bébé du couple autour du 18 novembre. Le cinquième enfant de Stevenson sera une fille qui se nommera Adonia.

Pour accueillir la dernière venue, Stevenson n’a pas eu d’autres choix que de se faire bâtir une maison qui pourra accueillir toute sa petite famille sous le même toit. Ce sont des aspects importants pour un boxeur qui sera en camp d’entraînement pendant les prochaines semaines.

Cependant, le pugiliste québécois n’est pas inquiet pour la qualité de sa préparation.

«Je sais que j’ai beaucoup de choses à gérer en même temps, a confirmé Stevenson. Toutefois, lorsqu’un combat arrive, j’oublie tout pour me concentrer uniquement sur la boxe.

«Je ne dois pas être ingrat envers la boxe. C’est grâce à ce sport que j’ai tout ce que je possède. Je respecte aussi les conseils de mes entraîneurs. Il y a certains boxeurs qui oublient de le faire quand ils atteignent l’élite.»

Sa conjointe est confortable avec le fait que son conjoint sera moins présent dans les prochaines semaines.

«Adonis a toujours fait plusieurs choses à la fois, a raconté Simone God. On va avoir de l’aide de nos proches après l’accouchement. Après le jour J, Adonis va retourner dans son camp d’entraînement. Je sais que c’est important pour lui et je comprends cela.»

«On aura deux combats en peu de temps, a blagué Stevenson. J’aime mieux mon combat que le sien! Elle en a toute un à livrer!»

Hill déjà en ville

Pour son combat contre Badou Jack, Stevenson avait connu un camp d’entraînement à l’image de son combat. Son entraîneur Sugar Hill était arrivé à Montréal seulement trois semaines avant la date de l’affrontement.

C’était peu de temps pour se préparer de façon convenable pour un adversaire comme Badou Jack. Pour son duel contre Gvozdyk, le champion s’est arrangé pour que la situation ne se répète pas. D’ailleurs, Hill est déjà arrivé au Québec et il était présent à la conférence de presse.

«Il n’a jamais été question que je me sépare de Sugar et ça n’a jamais été dans les discussions, a souligné le Québécois. Lors de mon dernier combat, la grippe a vraiment été un facteur important. Cette fois, je vais prendre mes précautions pour ne pas que ça se reproduise.»

«Ce fut une expérience dont j’ai tenté de retirer du positif.»