Boxe

Simon Kean est surpris par Carman

Publié | Mis à jour

À la surprise générale, Simon Kean a été mis KO au 4e round par l’Ontarien Dillon Carman qui a mis la main sur les ceintures de la WBC francophone et NABA des poids lourds dans un combat endiablé disputé hier au Centre Vidéotron.

Kean a ainsi subi sa première défaite en carrière après 15 victoires, dont 14 par K.-O. Ancien champion canadien, Carman a porté sa fiche à 14 gains, dont 12 par K.O., et trois revers.

Envoyé au plancher au deuxième round, Kean a remis la politesse à son adversaire au troisième round, mais il n’a pas été en mesure d’essuyer la rafale de Carman au 4e assaut.

«Je suis très déçu, a débité Kean en entrevue sur le ring. Je n’étais pas prêt à ça et le crédit lui revient. Je serai prêt certainement à obtenir une revanche.»

Parce qu’il devait rencontrer le médecin, Kean n’était pas disponible pour les médias après le combat. Son entraîneur Jimmy Boisvert nous a livré son analyse. «Simon était à plat dès le départ, a-t-il expliqué. On l’a remarqué dans le vestiaire avant le combat. Ses jambes ne bougeaient pas. À son dernier combat, il s’est battu à 237,5 livres et ce soir il était à 245 livres.»

«C’est décevant»

«C’est décevant, de renchérir le promoteur Camille Estephan. Il a peut-être pris Carman moins au sérieux que son adversaire précédent. Parce que Simon était largement favori, on avait des craintes.»

Boisvert pointait du doigt les activités de Kean dans les semaines précédant le combat. «Si c’était à refaire, il ferait son boulot différemment dans les semaines précédant le combat, a-t-il affirmé. Il doit faire du ménage dans son entourage et diminuer les distractions. Simon a de la difficulté avec la notion de repos pendant ses camps. Il a besoin de bonnes nuits de sommeil.»

Estephan abondait dans le même sens. «Simon n’est pas un party animal, mais il aime trop son monde. Il est trop généreux. Il est découragé pour le moment, mais il va remonter la pente.»

Carman jubilait. «C’est clair que c’est une grosse surprise parce que Kean était le meilleur au Canada, a-t-il mentionné. J’étais le négligé et je voulais prendre avantage de cette situation. Kean m’a sous-estimé et je peux le comprendre puisqu’il connaissait une bonne séquence de victoires et de KO. Il m’a donné l’opportunité de me battre pour un combat de championnat et c’est certain que je suis prêt à lui accorder une revanche à moins que j’obtienne une meilleure opportunité. La boxe est une business.»

Butler l’emporte

Quelques instants auparavant, Steven Butler n’a fait qu’une bouchée de Jordan Balmir pour mettre la main sur la ceinture vacante WBC francophone des poids moyens en demi-finale de la soirée.

Butler (25-1-1) a remporté la victoire par arrêt de l’arbitre après 1 min 59 s au 3e round face à Balmir qui subissait son premier revers en carrière après dix victoires, dont 6 par K.O.

«Je suis le nouveau champion, a lancé Butler qui a dédié la victoire à son fils de deux ans dont c’était l’anniversaire de naissance. Balmir a démontré beaucoup de courage et de cœur d’affronter un boxeur aussi expérimenté. Ce n’est qu’une défaite et il va s’en remettre. C’est un bon athlète, mais il a affronté un boxeur élite. Quand je disais avant le combat que j’allais le retourner à l’école, ce n’était pas de l’arrogance.»