Artur Beterbiev

Photo : Artur Beterbiev Crédit : Ben Pelosse / JdeM

Boxe

Des projets pour Beterbiev

Publié | Mis à jour

Le promoteur Eddie Hearn est très élogieux lorsqu’il est question d’Artur Beterbiev. Il croit surtout qu’il a la bonne recette pour rendre le champion IBF des mi-lourds heureux hors du ring et sur le ring.

Rencontré par Le Journal de Montréal, le patron de Matchroom Boxing souhaite redonner un élan à la carrière de Beterbiev.

«Je suis un de ses grands partisans, a souligné Eddie Hearn. C’est un boxeur de grand talent. Il est très dangereux et il est toujours excitant à voir boxer.»

Pour différentes raisons, le Tchétchène a été peu actif durant les deux dernières années. Hearn compte bien remédier à cette situation. S’il l’emporte de façon expéditive contre Callum Johnson samedi soir, Beterbiev pourrait remonter sur le ring avant la fin de 2018.

Puis, selon l’entente entre Hearn et Yvon Michel, le champion pourrait aussi obtenir un autre duel avant mars 2019.

«En ayant des combats de façon régulière, ça lui permettra de prendre un rythme de croisière, a précisé le promoteur anglais. On doit le voir boxer le plus souvent possible.

Il n’y a pas assez d’amateurs qui le connaissent.»

Hearn sait que Beterbiev souhaiterait obtenir un combat d’unification contre le champion WBA, Dmitry Bivol. Il est en train de mettre au point une stratégie pour que ce duel se concrétise.

Bivol (14-0, 11 K.-O.) n’a plus de contrat avec un réseau de télévision après son prochain combat. L’homme d’affaires est prêt à dérouler le tapis rouge au Russe pour l’attirer avec DAZN. On verra s’il réussira à le convaincre.

Les affaires avant tout

Hearn est bien au courant de la mésentente contractuelle entre Beterbiev et Michel.

«Je me concentre sur le fait d’organiser des événements de qualité, de payer de bonnes bourses aux boxeurs et de les garder actifs, a-t-il indiqué. Quand on a approché Yvon pour les services d’Artur, on lui a dit que ce n’était pas de nos affaires ce qui se passait entre lui et son boxeur. Yvon a accepté l’entente, car il pensait que c’était dans le meilleur intérêt de la carrière de Beterbiev.»

Il ne cache pas qu’il a de l’intérêt envers d’autres boxeurs de GYM. D’ailleurs, Hearn a déjà eu des discussions avec Yvon Michel à ce sujet. Ils se sont notamment parlé lors du congrès de la WBC tenu en Ukraine la semaine dernière.

Par contre, Michel doit aussi avoir une rencontre avec le président de Top Rank, Todd DuBoef, mardi à Québec, pour discuter du même dossier. Comme on le sait, Top Rank a conclu une entente lucrative avec le réseau ESPN l’été dernier. Ses dirigeants cherchent des boxeurs pour livrer des cartes de qualité à son partenaire.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’homme d’affaires québécois aura des décisions importantes à prendre pour l’avenir de sa compagnie dans les prochaines semaines. Après avoir connu un succès mitigé avec PBC, il n’a pas le droit à l’erreur.

Toronto avant le Québec

Hearn et son site de diffusion en continu (streaming) DAZN ont l’intention de débarquer au Canada dans les prochains mois. C’est la ville de Toronto qui est en tête de lice pour présenter le premier gala en sol canadien.

«C’est un beau marché, a mentionné le promoteur du champion Anthony Joshua. C’est similaire à ce qu’on voit aux États-Unis. Il est plus facile de le comprendre que celui du Québec. Le Québec, c’est comme un autre pays.»

Et qui permettrait à DAZN de faire une incursion dans la Ville Reine ? Yvon Michel.

«On se connaît depuis longtemps, a précisé Hearn. Je crois qu’il pourrait nous aider à apporter des événements d’envergure à cet endroit pour nous.»

Comme on le sait, ce n’est pas facile de vendre des billets de boxe à Toronto. On en a eu plusieurs preuves au cours des dernières années. Est-ce que cette tendance pourrait changer si le combat avait une saveur internationale ? Possible.

Peu de boxeurs ont cette force d’attraction. Selon quelques sources, celui qui serait ciblé est Amir Khan (33-4, 20 K.-O.). L’ancien champion du monde aurait la capacité de remplir le Scotiabank Arena pour un événement.