Crédit : AFP

Boxe

Coup double pour David Lemieux

Coup double pour David Lemieux

Bernard Barré

Publié 17 septembre
Mis à jour 17 septembre

Samedi soir dernier, dans la capitale du jeu et du vice, selon certains, David Lemieux a frappé un grand coup.

Sa victoire rapide et spectaculaire au premier round sur l’Irlandais Gary O’Sullivan (28-3-0, 20 K.-O.), qui lui valait la position d’aspirant obligatoire au nouveau champion unifié Saul «Canelo» Alvarez (50-1-2, 34 K.-O.), lui permet de prétendre légitimement à un autre combat de championnat du monde à court terme.

Sur la séquence fatidique, O’Sullivan lance un «jab», sa main droite quitte son menton vers le bas avant de lancer son deuxième coup, ce qui laisse cette partie sensible à découvert. Jeu d’enfant pour David Lemieux (40-4-0, 34 K.-O.) qui, au même moment, réplique avec un dur crochet de gauche qui terrasse le boxeur irlandais.

Quelle erreur de débutant pour l’expérimenté boxeur à la moustache bizarre, qui a passé la semaine à agresser verbalement le boxeur québécois. Peu de mentons résistent aux jointures du dur cogneur.

«Canelo», le prochain?

Quelles seraient les probabilités de réussite de Lemieux contre un monstre comme Alvarez? Logiquement, pas grandes.

Toutefois, la chance du cogneur serait présente à tout moment, ce qui est loin d’être négligeable, car pour battre le «chouchou» de Las Vegas, seule une victoire par K.-O. peut être envisageable. Le Céline Dion de la boxe, qui est un énorme moteur économique de cet État, ne perdra presque jamais un round serré et encore moins une décision.

Celui qui voudra donc lui arracher ses titres devra lui arraché la tête à moins de s’appeler Floyd Mayweather, qui lui a fait la seule tache sur son dossier, il y a quelques années.

De plus, Lemieux étant considéré comme un gros boxeur poids moyen (il est arrivé sur le ring à 179 lb grâce à la réhydratation, un jour après avoir fait la limite de 160 lb), il aurait un avantage certain face à son opposant, qui boxait chez les super mi-moyens (154 lb) il n’y a pas si longtemps. À suivre...

Une petite pensée pour HBO

J’ai eu une petite pensée pour les producteurs du réseau américain HBO lorsqu’on a annoncé à 22h que la finale commencerait à 23h, gracieuseté des Gonzalez, Lemieux et Munguia, qui ont liquidé leurs adversaires à la vitesse de l’éclair.

Une heure à attendre le dessert dans le désert. Un gouffre. Ton plan B devient crucial, mais tu auras aussi besoin d’un plan C et probablement D. Il devait faire chaud dans les studios. Lampley, Kellerman et Roy Jones Jr. en patinaient un coup dans leurs commentaires. Pas toujours facile la télé.