Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

L’indiscipline coûte cher aux Remparts

Publié | Mis à jour

L’indiscipline a empêché les Remparts de Québec de compléter leur parcours parfait en matchs préparatoires, samedi, eux qui se sont inclinés au compte de 3-1 face aux Tigres de Victoriaville au Complexe sportif de L’Ancienne-Lorette.

Les Diables rouges avaient pris les devants 1-0 en première période sur un but de Pierrick Côté, mais une pénalité à Benjamin Gagné a permis aux Félins de créer l’égalité avant la fin de la période lorsqu’Enrico Di Cesare a poussé un retour de lancer de Simon Lafrance derrière le gardien Anthony Morrone.

Les Tigres ont de nouveau profité de l’indiscipline des Remparts en deuxième pour prendre les devants pour la première fois dans le match, et presque de la même façon, puisque Mathieu Sévigny s’est emparé d’un retour de lancer devant le filet pour marquer. Peu de temps auparavant, Mikaël Robidoux avait été chassé pour avoir frappé le défenseur Vincent Sévigny avec le genou. L’attaquant des Remparts avait ensuite dû rendre des comptes à Mathieu Charlebois qui s’était précipité pour défendre son coéquipier. Sévigny n’a pas été blessé sur la séquence.

«Je n’ai pas aimé notre indiscipline dans ce match-là. On s’est enlevé notre propre momentum en prenant de mauvaises pénalités et ils ont marqué deux buts là-dessus», a mentionné Patrick Roy après le match.

Mieux faire en attaque

Un peu comme il l’avait fait à plusieurs reprises dans la Ligue nationale de hockey (LNH), Roy a retiré son gardien avec plus de deux minutes à faire au match et un retard de 2-1. L’expérience fut brève puisque Dominic Cormier a marqué quelques secondes après que Morrone a atteint le banc des siens.

«Je prends la responsabilité d’avoir retiré le gardien sans leur avoir dit. Je suis habitué à ça, mais pas eux. Je vais devoir faire attention à ça.»

En plus de la discipline, Roy estime que ses joueurs devront être meilleurs en zone offensive.

«Il va falloir être meilleurs, rester devant le filet et faire écran devant le gardien adverse. De ce que je vois, les équipes sont très serrées devant le filet, donc générer de l’attaque par l’arrière sera très difficile. Il va falloir monter la rondelle et être impliqués devant le filet», a-t-il expliqué.

Rien de grave pour Mathieu

Olivier Mathieu a été victime d’une mise en échec par-derrière d’Adam Gaudreau en fin de troisième période. L’attaquant des Remparts est demeuré sur la glace quelques minutes et a eu besoin de l’aide de ses coéquipiers pour quitter la patinoire, visiblement blessé à la jambe gauche. Mathieu a toutefois été aperçu, marchant sur ses deux jambes dans le couloir menant au vestiaire de l’équipe, après le match. Rien de sérieux, semble-t-il.

Une année de transition pour les Tigres

Il n’y a pas que dans l’entourage du Canadien de Montréal qu’on refuse de parler de reconstruction, chez les Tigres de Victoriaville aussi!

Après une saison où tout était permis l’an dernier, la formation de l’entraîneur Louis Robitaille présentera un visage bien différent cette année. L’équipe a perdu plusieurs vétérans d’importance, notamment les Maxime Comtois, Vitaly Abramov et Étienne Montpetit, et les attentes sont beaucoup moins élevées envers l’organisation qu’elles l’étaient à pareille date, l’an dernier.

Rôle accru pour Lafrance

L’équipe n’a toutefois pas liquidé toutes ses pièces en retour de choix au repêchage ou de jeunes espoirs, et c’est pourquoi on refuse de dire qu’on reconstruit à Victo.

«On est en transition parce qu’on n’est pas jeunes à toutes les positions, mentionne Robitaille. Devant le filet, nous comptons sur Trisan Côté-Cazenave qui, à notre avis, fait partie des meilleurs du circuit. Nous avons également un groupe de défenseurs expérimentés, mais c’est à l’attaque qu’on est très jeune avec seulement quatre vétérans de retour de l’an dernier.»

Parmi les vétérans de retour, Simon Lafrance aura un rôle important à jouer. L’équipe en a d’ailleurs fait son capitaine.

«C’est un gars qu’on a acquis l’an dernier de Val-d’Or où il jouait sur le premier trio et à la pointe en avantage numérique. On lui a demandé de jouer sur le troisième trio et il a dû mettre son ego de côté et accepter son rôle. C’est quelque chose qu’on a apprécié.»

Deux Européens prometteurs

Point positif malgré la jeunesse de leur alignement offensif : les Tigres ont vu de belles choses de la part de leurs deux joueurs européens, les Russes Mikhail Abramov et Egor Serdyuk, lors du camp d’entraînement.

«Les deux se complètent à merveille. Ce sont deux joueurs différents, mais ils ont une excellente chimie. Mikhail est un passeur, il aime alimenter ses coéquipiers tandis qu’Egor n’a pas peur de foncer au filet, c’est plus un marqueur. On les a séparés de leur famille de pension afin qu’ils puissent apprendre l’anglais, et les deux s’acclimatent bien jusqu’à présent.»