Alouettes c lions

Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Alouettes

Johnny Manziel par-ci, Johnny Manziel par-là

Publié | Mis à jour

Sans même avoir joué un seul jeu dans la défaite des Alouettes de 32-14 contre les Lions de la Colombie-Britannique, vendredi à Montréal, le quart-arrière Johnny Manziel a retenu l'attention après la partie.

C'est que le pivot de 25 ans a beaucoup fait parler de lui, jeudi à l'entraînement, en déclarant être déçu de ne pas avoir retrouvé son poste de partant après s'être remis de sa commotion cérébrale.

En vertu de la contre-performance d'Antonio Pipkin contre les Lions, où il a notamment lancé quatre interceptions, les propos de Manziel ont été mis sous le nez de l'entraîneur-chef des Alouettes, Mike Sherman. «C’est un quart-arrière fâché qui désir jouer et qui est très compétitif, a indiqué l'entraîneur d'expérience. Je pense que c'est normal qu'un quart-arrière ressente ça. [...]Il [Manziel] aurait pu mieux choisir sa façon de s'exprimer, mais je n'ai jamais vu un deuxième quart qui ne voulait pas jouer.»

Questionné sur les propos de Manziel, Pipkin a indiqué ne pas être au courant de ce qu'avait dit son coéquipier.

«Je serais probablement frustré aussi si je ne jouais pas, a-t-il expliqué. Je n'avais aucune idée de ce qu'il a dit, mais je ne porte pas d'attention au média, ce soir [vendredi] j'ai juste vraiment mal joué.»

Sherman n'a pas voulu dire qui serait le quart partant contre les Blue Bombers, vendredi prochain à Winnipeg, prétextant avoir besoin de regarder la vidéo du match que son équipe venait de disputer.

Quand Manziel a lancé quatre interceptions contre les Tiger-Cats de Hamilton au début du mois d'août, Sherman l'avait renvoyé dans la mêlée le match suivant. Reste à voir maintenant s'il appliquera la même logique avec Pipkin.