Boxe

Brandon Cook a fermé le chapitre Steven Butler

Publié | Mis à jour

Depuis son revers contre Brandon Cook l’an dernier, Steven Butler a tenté par tous les moyens d’obtenir sa revanche contre son rival ontarien. Cependant, le protégé d’Eye of the Tiger Management pourrait attendre longtemps. Très longtemps.

Rencontré après la conférence de presse pour faire mousser la sous-carte du gala de samedi où il sera en action, Cook (20-1, 13 K.-O.) a été catégorique quand le nom de Butler a été mentionné par le représentant du Journal de Montréal.

«Pour moi, le chapitre Steven Butler est fermé pour de bon. Il n’aura jamais de revanche avec moi, a souligné Brandon Cook. Je me demande pourquoi je devrais l’affronter de nouveau si on m’offre une bourse ridicule et qu’il n’y a aucune ceinture à l’enjeu. En plus, je l’ai démoli à notre seul duel.

«Il n’est aucunement question que je retourne me battre à Montréal devant les stupides partisans de Butler. Je suis au courant qu’il a fait quelques combats à 160 lb et c’est clair qu’il n’est plus capable de respecter la limite de 154 lb. S’il pouvait redescendre à mon poids et que la bourse était très généreuse, ça pourrait être une possibilité, mais ne comptez pas là-dessus.»

Cook a été marqué par son dernier passage à Montréal. On se souvient qu’il avait reçu un seau à glace derrière la tête quelques secondes après l’arrêt de l’arbitre. «Ce type d’incident ne devrait jamais arriver lors d’un gala de boxe, a-t-il souligné. On m’a enlevé mon moment de gloire et c’est irrespectueux.»

Un gros client entre les mains

Cook aura un énorme défi samedi soir alors qu’il affronte la jeune sensation Jaime Munguia (30-0, 25 K.-O.) pour le titre WBO des super mi-moyens. Même s’il est le grand négligé de ce duel, le cogneur canadien va tout tenter pour causer la surprise de l’année dans le monde de la boxe.

«Munguia n’a pas été vraiment testé depuis le début de sa carrière. À mon avis, il a seulement disputé deux gros combats selon mon analyse, a souligné Cook. Je vais le tester et je vais lui montrer pourquoi je suis devant lui.

«Il va arriver la même chose qu’à Montréal. Les amateurs ne savaient pas qui j’étais avant le combat. Après le duel de samedi, ils vont savoir qui je suis. Je suis ici pour gagner le titre mondial et non seulement pour recevoir un chèque de paye.

«Je veux aussi l’emporter pour les jeunes boxeurs de ma province qui ont un bel avenir devant eux.»

Steve Molitor est le dernier boxeur ontarien à avoir été sacré champion du monde. Le gaucher avait été le monarque IBF des poids super-coqs à deux reprises durant sa carrière (2006 à 2008 et 2010 à 2011).