Canadiens

«Pourquoi ne serait-ce pas nous?» - Claude Julien

Publié | Mis à jour

Nous, contre le reste de l’univers. Telle semble être la philosophie que Marc Bergevin et Claude Julien ont trouvée pour motiver leur troupe.

On en avait déjà eu un bon indice avec la déclaration lancée par Carey Price au tournoi de golf de l’équipe.

«Plusieurs personnes ont tiré un trait sur notre saison et il y a donc moins de pression. Ce sera à nous de prouver qu’elles ont tort. C’est une source de motivation pour nous», avait alors déclaré le gardien.

Dans le cadre de cette journée de rentrée sur la glace du Complexe sportif de Brossard, un message similaire est revenu.

«Je sais que tout le monde ici veut se racheter. On veut montrer à tout le monde qu’on est une bonne équipe, peu importe ce que les médias et les partisans pensent de notre équipe», a déclaré Paul Byron.

«Vous vous servez de ça comme motivation ?», lui a alors demandé l’auteur de ces lignes.

«Oui. Oh ! oui», a-t-il fermement répondu.

«Que les gens ne te donnent pas la moindre chance, c’est une bonne chose. Ça te met le feu au derrière et te donne encore plus envie de prouver qu’ils sont dans le champ» , a lancé Jordie Benn.

Un mauvais souvenir

Toujours dans le même ordre d’idée, Julien a rappelé que sept formations s’étaient taillé une place en séries éliminatoires la saison dernière après les avoir ratés lors du printemps précédent.

«Pourquoi ne serait-ce pas nous qui aurions cette chance ?», a-t-il interrogé.

«On doit y aller avec optimisme et confiance et comprendre qu’il faudra beaucoup de travail. Et c’est ce que nous faisons déjà», a ajouté l’entraîneur du Canadien.

Tout le monde se rappellera que le Tricolore avait connu un début de saison désastreux avec un dossier de 2-7-1. Ce dont on se souvient peut-être un peu moins, c’est qu’il avait connu un calendrier préparatoire tout aussi gênant avec une fiche de 2-6. Un résultat qui, à l’époque, ne semblait pas inquiéter l’état-major de l’équipe.

C’est du moins ce qu’elle laissait entendre.

Or, Julien tente de s’assurer que cette situation problématique ne se reproduise pas.

De bonnes habitudes dès le départ

Il avait beau s’agir du premier jour du camp d’entraînement, Julien n’a pas hésité à répéter haut et fort ses directives et à commander des entraînements à la cadence soutenue.

«On veut travailler fort, créer de bonnes habitudes et s’assurer que nous sommes prêts pour le début de la saison, a-t-il énuméré. On a eu une bonne journée, tous les gars étaient excités.»

«Les joueurs sont arrivés en excellente forme. Hier [jeudi], ils ont passé les tests physiques. Ce fut l’une des meilleures années. C’est un bon début. Il faut continuer.»

D’ailleurs, le Canadien entrera rapidement dans la prochaine phase de son camp. Après le match intraéquipe de dimanche, il disputera ses trois premiers matchs préparatoires dans un intervalle de quatre jours.

«C’est mieux que l’an passé, car on aura une chance de voir beaucoup de choses en partant. On sera en mesure de rapetisser l’équipe plus tôt.»

Logiquement, le gâteau devrait donc lever plus rapidement. Mais ça dépend également des ingrédients.