Crédit : SIMON CLARK/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Tennis

Jessica Pegula poursuit sa route

Publié | Mis à jour

Seule survivante des rondes de qualifications, Jessica Pegula passe en demi-finale. Pour l’Américaine de 24 ans, la motivation de continuer sa route à Québec tient certainement plus dans sa nature compétitive que dans la bourse qui l’attend, elle qui pourrait très bien devenir un jour... la future propriétaire des Sabres et des Bills de Buffalo.

Sans blague! La fille aînée de Terry et Kim Pegula, propriétaires des deux franchises et de quelques autres équipes sportives moins connues, vogue de surprise en surprise à sa cinquième présence à Québec.

Au point où sa victoire de 6-3 et 7-5, vendredi, contre la deuxième tête de série Petra Martic, a fait d’elle la neuvième joueuse issue des qualifications à passer en demi-finale du tournoi qui en est à sa 26e édition.

Pas trop mal pour la 227e joueuse au monde!

«J’ai de bons résultats dans les derniers mois et je me sens en confiance. J’ai bien fait ici par le passé à quelques occasions, donc ça aide. Je ne suis pas tellement surprise, mais quand même un peu. J’aime Québec et je ne sais pas pourquoi, mais on dirait que je joue toujours bien sur cette surface. Il doit y avoir quelque chose ici», a-t-elle souri.

Une vie dans le sport

Pegula a découvert le tennis à l’âge de sept ans et déjà, la famille baignait dans le sport. Dix ans plus tard, le paternel se portait acquéreur des Sabres, dans la LNH. En 2014, il s’offrait un autre joujou en achetant les Bills.

«Le conducteur qui m’amenait ici aujourd’hui (vendredi) n’avait pas l’air de comprendre pourquoi une joueuse de tennis lui parlait autant de hockey. J’aime vraiment le hockey et le football. C’est excitant que les deux saisons commencent, même si les Bills n’ont pas très bien débuté la semaine passée (défaite de 47-3)», a-t-elle dit.

D’ailleurs, même si Jessica Pegula joue actuellement du meilleur tennis qu’avant son opération à la hanche gauche subie en janvier 2017, elle ne cache pas qu’elle lorgne un après-carrière dans l’administration sportive familiale.

«C’est sûr que j’aimerais ça. Je pense que c’est super intéressant. J’aurai une belle opportunité de le faire, mais pour l’instant je suis occupée avec le tennis. En attendant, j’essaie d’en apprendre le plus possible sur la gestion», a-t-elle expliqué.

Reste que le jour venu, il faudra que le clan des Pegula soit sur la même longueur d’ondes, entre Jessica, sa sœur et sa demi-sœur, ainsi que son frère et son demi-frère.

«Ça s’annonce amusant pour le futur, quand on essaiera de diriger tout ça...», a-t-elle ricané.

Et pour en revenir au tennis, à ce jour, seule l’Autrichienne Tamira Paszek a réussi l’exploit de remporter le tournoi après être passée par les qualifications, en 2010.