Erik Karlsson

Photo : Erik Karlsson Crédit : AFP

LNH

Une transaction qui laisse un goût amer

Une transaction qui laisse un goût amer

Patrick Lalime

Publié 13 septembre
Mis à jour 13 septembre

On se doutait qu’une transaction impliquant Erik Karlsson allait se concrétiser cette semaine, mais je ne m’attendais pas à ce que les Sharks remportent le derby.

Je m’attendais davantage aux Golden Knights ou aux Stars. Je suis surpris de le voir quitter Ottawa pour San Jose.

Pour être bien honnête, je suis aussi un peu déçu de ce que les Sénateurs ont reçu. Selon moi, quand tu échanges le meilleur défenseur des 10 dernières saisons, tu dois obtenir quelque chose de bon en retour, de concret du moins. Ça commence avec un joueur d’impact et de bons choix au repêchage.

Les bons choix au repêchage, les Sénateurs les ont eus. Mais je ne suis pas convaincu qu’ils sont allés chercher un joueur d’impact qui va pouvoir faire une différence tout de suite à Ottawa.

Tu ne gagnes pas avec du potentiel, mais avec du concret, comme des vedettes, dont Karlsson. Et des joueurs comme lui, tu n’en trouves pas partout! 

En comparaison, quand je regarde l’échange de Max Pacioretty, les Canadiens ont mis la main sur Tomas Tatar, un marqueur de 20 buts dans la LNH, et sur Nick Suzuki, qui a beaucoup de potentiel.

Un départ difficile à combler

L’avenir déterminera si c’est une bonne transaction ou non. Cela va prendre plusieurs saisons avant de pouvoir pleinement juger sa valeur. Pour l’instant, c’est difficile.

Ça me fait penser à l’échange de Joe Thornton il y a plusieurs années, alors que les Bruins avaient obtenu des joueurs moyens et sans saveur.

Je vais peut-être me tromper à long terme. J’espère pour les Sénateurs que le premier choix de l’an prochain et celui de l’année suivante auront un impact.

Je le souhaite grandement pour eux. En tant que partisan des Sénateurs, j’ai un goût amer dans la bouche.

Le départ de Karlsson sera très difficile à combler. C’était un joueur de talent apprécié de l’organisation et des partisans, en plus d’exceller sur la glace.

Ce n’est peut-être pas terminé

Avec Karlsson, Brent Burns et Marc-Édouard Vlasic, les Sharks deviennent encore plus une menace dans l’Association de l’Ouest.

Je suis certain que Karlsson aura un impact immédiat sur cette équipe. Il va bien cadrer avec les Sharks et il va s’intégrer parfaitement au groupe.

Pour conclure, je suis convaincu que ce n’est pas terminé à Ottawa. J’ai hâte de voir si le directeur général Pierre Dorion sera tenté d’échanger des vétérans au cours des prochaines semaines.