Impact

L’Impact, continuellement en quête de respect

Publié | Mis à jour

Le gardien de l’Impact, Evan Bush, n’est pas étonné de constater que plusieurs observateurs et experts de la MLS ne voient pas l’équipe participer aux éliminatoires cette saison. En fait, il est plutôt habitué à ce genre de chose.

Son coéquipier Quincy Amarikwa avait d’ailleurs remis en doute la feuille de route de ces spécialistes en matière de prédictions, mercredi. Bush ensuite a repris la balle au bond, jeudi, en marge de l’entraînement de l’équipe.

«Encore une fois, tout le monde doute de nous, c'est comme ça depuis le début de l'année, a évoqué l’Américain. En fait c'est une bonne position : les gars vous sous-estiment et ça donne envie de leur montrer qu'ils avaient tort.»

«C'est ce que l'Impact de Montréal a toujours été dans cette ligue, a ajouté le gardien de 32 ans. En général, on ne reçoit pas le respect qu'on mérite. Toutes les saisons où j'ai été ici, on nous sous-estimait. C'est ainsi et c'est correct, on va de l'avant et on va laisser les gens croire que D.C. (United) et (l’Union de) Philadelphie sont bien meilleurs que nous. On va se contenter de parler sur le terrain.»

Le portier n’en avait pas terminé. Selon lui, les médias nationaux ne respectent pas assez l’Impact.

«Je suis ici depuis assez longtemps pour savoir qu'avec les médias nationaux, aux États-Unis ou au Canada, on n'est pas respectés parce qu'on n'est pas Toronto, on n'a pas (Michael) Bradley, (Jozy) Altidore et (Sebastian) Giovinco qui mènent la charge pour nous, a-t-il expliqué. On a (Ignacio) Piatti, qui est un très bon joueur, mais qui l'assume plutôt humblement. De ce point de vue, on ne reçoit pas tout le mérite qui nous est dû, et c'est correct.»

L’entraîneur Rémi Garde, lui, ne se formalise guère de toutes ces prévisions et commentaires.

«Je respecte les gens qui portent un jugement, je respecte ceux qui regardent et qui en tiennent compte, mais je passe beaucoup de temps sur ce que je peux contrôler, c'est-à-dire la manière dont on peut jouer, se préparer, je ne peux pas contrôler ce que les gens disent», a-t-il affirmé

«J'ai vu qu'il y avait une belle unanimité dans les pronostics. Alors voilà...», a-t-il laissé tomber en souriant.

Une menace diffuse

Bush s’est aussi exprimé sur l’Union, que l’Impact affrontera ce samedi.

«La plupart des bonnes équipes de la ligue ont quelques joueurs de haut calibre et si tu réussis à bien les surveiller, tu peux faire un bon résultat, a-t-il évoqué. Pour Philadelphie, c'est différent parce que tu as plusieurs bons joueurs, mais plus près de la moyenne et ça les rend dangereux parce que tu ne sais pas précisément qui tu dois essayer d'arrêter. Leur production vient de partout sur le terrain.»

«Ils ont des joueurs qui peuvent faire la différence (...) s'ils sont là, ce n'est pas par hasard. Donc on sait à quoi s'attendre», a renchéri Garde.