Impact

Faire mentir les pronostics

Publié | Mis à jour

L’Impact tient actuellement la sixième place au classement dans l’Est, la dernière donnant accès aux éliminatoires, mais il y a un grand nombre d’experts de la MLS qui estiment que le club montréalais ne réussira pas à la conserver.

À preuve, cet article du MLSSoccer.com, où l’on voit que huit experts ne voient pas l’Impact dans le top six à la fin de la saison régulière.

La plupart d’entre eux voient le D.C. United se glisser dans le top pour en déloger le onze montréalais.

Ces prédictions ont fait sourire quelques un des joueurs montréalais, ce matin, au Centre Nutrilait.

«J'aimerais voir le taux de réussite de ces experts dans le passé, a mentionné l’attaquant Quincy Amarikwa. C'est bien que tout le monde puisse donner son opinion, mais j'aimerais qu'il y ait une statistique sur ton taux de réussite à côté de chaque prédiction que tu fais. Je pense que ça rendrait les gens plus conservateurs et ça les forcerait à réfléchir un peu à ce qu'ils vont dire.»

Le milieu de terrain Saphir Taïder, lui, croit que Montréal à tout ce qu’il faut, de l’effectif jusqu’aux installations du club, pour progresser vers la terre promise. Il n’a que faire de ce genre de prédictions.

«C'est à nous de les faire penser autrement, a-t-il lancé. C'est vrai que Montréal, c'est un club qui ne cesse de grandir, je le vois au quotidien et c'est une ville superbe, donc c'est à nous, en terme de foot, de faire connaître un peu plus ce club.»

«Je pense qu'ici il y a tout pour grandir, pour s'améliorer, a poursuivi l’international algérien. Je viens d'un milieu où le foot est vraiment développé et ici, et je pense qu'ici on a vraiment tout pour aller le plus loin possible. Le "coach" aussi. Le fait qu'il soit ici, sa présence apporte beaucoup au club. Voilà, c'est à nous de les faire mentir, et on fera tout pour être dans les séries.»

L’Impact continue sa préparation en vue de son match de samedi prochain, contre l’Union de Philadelphie, un adversaire direct dans la course aux éliminatoires.

Voyez le reportage de Nicolas A Martineau dans la vidéo ci-dessus.