Steve Yzerman

Photo : Steve Yzerman Crédit : AFP

LNH

Chaque chose en son temps

Chaque chose en son temps

Renaud Lavoie

Publié 11 septembre
Mis à jour 11 septembre

Ça fait plusieurs années que Julien BriseBois aurait dû être directeur général pour une formation de la LNH, mais malgré quelques tentatives infructueuses, il est tout à fait naturel de le voir maintenant diriger le Lightning de Tampa Bay.

Il a travaillé main dans la main avec Steve Yzerman depuis 2011 pour faire du Lightning l’une des meilleures formations de la LNH aujourd’hui. Imaginez si ce n’était pas lui qui aurait été nommé comme remplaçant d’Yzerman.

Ça aurait été un non-sens total et une claque au visage de quelqu’un qui ne le méritait pas.

Bonne nouvelle pour les Québécois

Si on regarde le parcours de BriseBois depuis le début de sa carrière dans la LNH (en 2001 avec les Canadiens), il aura permis à plusieurs joueurs et entraîneurs québécois de connaître du succès.

Même si le Lightning est une formation américaine, avec un club-école à Syracuse dans l’État de New York, il n’a jamais hésité à donner la chance à des Québécois.

Un bel exemple est probablement le défenseur Jean-Philippe Côté, qui a joué 19 rencontres en 2014 à Tampa, alors qu’il a passé la grande majorité de sa carrière dans la Ligue américaine.

Sans BriseBois, il n’aurait probablement jamais obtenu cette chance de revenir dans la LNH, après avoir joué huit rencontres pour les Canadiens en 2005-2006.

Il y a des dizaines d’exemples et même si son objectif sera toujours de trouver les meilleurs éléments, peu importe leur origine, il est évident qu’avoir un quatrième francophone comme directeur général d’une équipe de la LNH, après Marc Bergevin (Canadiens), Dale Talon (Panthers) et Pierre Dorion (Sénateurs), ne peut pas nuire.

Yzerman voulait partir

Au moins, Yzerman aura été honnête. Il ne s’est pas caché en affirmant qu’il ne savait pas s’il allait garder son poste de conseiller au nouveau directeur général du Lightning après la prochaine saison.

Au moins, il n’a pas tenté de nier ce qui semble inévitable à court ou moyen terme; il sera le prochain grand patron chez les Red Wings.

Detroit l’attend

Si Yzerman a décidé de quitter son poste de directeur général à la surprise de bien des gens, c’est qu’il voulait se rapprocher de sa famille qui n’a jamais quitté Detroit, malgré le fait qu’il travaillait à Tampa.

Autre point important : on m’informe qu’il ressentait une certaine fatigue qui vient automatiquement lorsque vous occupez un poste de directeur général pendant plusieurs saisons.

Mais en même temps, Yzerman est un homme d’une très grande intégrité et il est clair qu’il ne se voyait pas quitter le Lightning pour passer directement aux Red Wings, sans qu’il y ait une période de transition. Je pense qu’il n’aurait jamais voulu déplaire au propriétaire du Lightning, Jeff Vinik, qui mérite sans aucun doute beaucoup de respect.

Reste qu’éventuellement, Yzerman sera celui qui sera identifié pour venir relancer les Red Wings, comme il l’a fait comme joueur au début des années 1980, lui qui a joué pendant 22 saisons à Detroit. Il est encore un proche de la famille Ilitch qui est propriétaire des Red Wings depuis 1982.

Pas besoin d’être Nostradamus pour prédire ce qui attend Yzerman dans les prochains mois...