Boxe

Artur Beterbiev fin prêt à défendre son titre

Publié | Mis à jour

Enfin, diront certains : 10 mois après avoir mis la main sur la ceinture IBF des poids mi-lourds, Artur Beterbiev remontera dans le ring le 6 octobre prochain, à New York.

L’athlète d’origine tchétchène défendra son titre pour la première fois lorsqu’il se mesurera à l’Écossais Callum Johnson, le seul boxeur d’une longue liste qui a accepté de l’affronter.

«Je suis prêt. Je m'entraîne beaucoup et je suis vraiment excité, a mentionné Beterbiev. Pour tous les boxeurs, un combat c'est comme Noël.»

Johnson a 33 ans, comme Beterbiev, et il est invaincu en 17 combats professionnels. Son promoteur, l'influent Eddie Hearn, a fait une offre que ne pouvait refuser le Montréalais d'adoption. Johnson n'a pas le talent du champion IBF, mais on le dit extrêmement affamé et déterminé.

«Il faut faire attention, c’est un gars qui a une bonne force de frappe, qui est très fort physiquement, a noté l’entraîneur de Beterbiev, Marc Ramsay. Il va sûrement se présenter là avec l’esprit un peu "kamikaze". Il a un style très offensif alors quand on connaît Artur Beterbiev, ça risque de faire un bon combat de boxe.»

Beterbiev doit d’abord se concentrer sur Johnson, mais après ce combat, c’est Adonis Stevenson qu’il rêverait d’affronter.

Selon Ramsay, le boxeur russe est plus que jamais disposé à se frotter aux meilleurs boxeurs.

«Il est au sommet de son art maintenant, a dit l'entraîneur. Il a le bon âge également pour procéder à des défenses rapides et à des défis majeurs. Il n’y a personne qu’on va vraiment contourner.»

Peu importe qui se trouvera devant lui, Beterbiev se dit encore plus affamé qu'avant de devenir champion du monde.

«J'ai oublié le fait que je suis champion du monde. Je m'entraînais fort avant, mais depuis que j'ai la ceinture, je m'entraîne encore plus», a-t-il indiqué.

Mais le plus important pour Beterbiev, c'est de demeurer actif. Le litige qui l'oppose à son promoteur depuis plus d'un an a ralenti sa carrière. Le boxeur de 33 ans espère que ce dossier se réglera avant la fin de l'année.

Voyez le reportage de Nancy Audet dans la vidéo ci-dessus.