Course Automobile

Alex Tagliani conserve son titre à Trois-Rivières

Agence QMI / Louis Butcher 

Publié | Mis à jour

Alexandre Tagliani a défendu avec succès son titre de champion du Grand Prix de Trois-Rivières en série NASCAR Pinty’s.

Le pilote de Lachenaie est sorti gagnant d’une course folle qui, par moments, a pris les allures d’une confrontation pour voitures tamponneuses tellement tous les coups, ou presque, étaient permis.

Qualifié quatrième sur la grille de départ, Tagliani s’est emparé de la tête au 38e tour pour ne plus jamais la quitter. Le favori local Louis-Philippe Dumoulin et Alex Labbé, qui s’était élancé de la dernière place sur la grille de départ, l’ont accompagné sur le podium.

«La clé du succès, ici, c’est [d’]éviter de se mettre dans l’embarras et de profiter des ouvertures qui se créent devant soi», a raconté celui qui signe le huitième succès de sa carrière dans la série canadienne.

«Je savais que j’avais une bonne voiture entre les mains, a-t-il poursuivi. Une voiture pour gagner, en fait. La bataille a été dure avec Kevin [Lacroix] en début de course, mais j’ai décidé de lever le pied, car je trouvais le rythme beaucoup trop soutenu.

«Je souhaitais préserver la mécanique et les pneus. Force est d’admettre que la démarche aura été fructueuse à la fin.»

Deux fois gagnant à Trois-Rivières (2015 et 2016), Lacroix, lui, a été contraint à l’abandon pour ennuis de moteur au 33e des 50 tours.

Ranger et Camirand s’accrochent

Deux des principaux animateurs de la course en lever de rideau, Marc-Antoine Camirand (détenteur de la position de tête) et Andrew Ranger, ont été impliqués dans un accrochage qui leur a ruiné toute chance de succès avec huit tours à franchir. Ils seront classés aux cinquième et 15e rangs respectivement.

La séquence de 11 podiums consécutifs du pilote de Granby en Mauricie a donc pris fin abruptement. Quant à Camirand, qui a mené les 37 premiers tours, il devra reporter à plus tard les célébrations d’une première victoire en série NASCAR Canada.

Jean-François Dumoulin s’est pointé au quatrième rang non sans avoir été montré du doigt par ces mêmes Ranger et Camirand pour son comportement, qu’ils ont jugé beaucoup trop combatif.

Deux autres Québécois, Donald Theetge (septième) et Luc Lesage (neuvième) figurent parmi les 10 premiers à l’arrivée.

Débats musclés

La course, dont 40 % de la distance s’est déroulée sous le drapeau jaune, a donné lieu à des débats particulièrement musclés.

«Tout le monde jouait du parechoc, a dit Dumoulin, il n’était pas question de me laisser faire.»

Camirand lui en voulait surtout en fin de course.

«Il s’est accoté sur moi à la dernière relance, a dit le pilote de Saint-Léonard-d’Aston. Si je n’étais pas là, il ne franchissait pas le virage, c’est aussi simple que ça.»

«NASCAR laisse tout passer»

Mais le plus virulent aura été certes Ranger, qui n’a pas ménagé ses commentaires, non seulement à l’endroit de l’aîné des frères Dumoulin, mais aussi de la série NASCAR.

«Je me demande pourquoi Jean-François s’est acharné autant sur moi. Il y a des limites à piloter de façon agressive. Or, il a dépassé cette limite. Marc-Antoine [Camirand], lui, a probablement commis une erreur avant de me frapper.

«Je peux comprendre qu’on roule le couteau entre les dents en fin de course, mais là, dès le 15e tour, ça s’est mis à brasser, à donner des coups de volant. C’est inadmissible. Et NASCAR laisse tout passer.

«La direction de la série m’a souvent pénalisé pour moins pire, mais les autres s’en tirent toujours à bon compte. NASCAR est sur mon cas depuis le début de la saison...»

En bref

Par sa brillante deuxième place, Louis-Philippe Dumoulin accentue son avance au classement des pilotes avec sa récolte de 328 points, soit 10 de plus que Camirand, alors que Tagliani (317), lui, se hisse au troisième rang.

À sa première participation au GP de Trois-Rivières, Frédéric Gabillon s’est pointé à la huitième place à bord de sa voiture préparée par l’écurie Dumoulin Compétition.

«Ça a été une course animée, s’est exprimé le pilote français, et même violente par moments. Je suis content de l’avoir terminée et surtout très reconnaissant envers l’équipe qui m’a confié une voiture très compétitive.»