Alouettes

Alouettes: mieux, mais pas suffisant

Publié | Mis à jour

On avait hâte de voir comment Johnny Manziel allait réagir après avoir raté son entrée en matière dans la LCF. Même si le quart des Alouettes n’a pas encore atteint son plein potentiel, il en a assez fait pour rendre son équipe compétitive, samedi soir, à la Place TD.

Toutefois, un touché de William Powell avec 15 secondes à faire au match a bousillé ses efforts. Le porteur de ballon a facilement franchi la ligne des buts pour procurer une victoire de 24 à 17 au Rouge et Noir d’Ottawa contre les Alouettes.

Les Alouettes ont ainsi vu leur séquence de défaites se prolonger à cinq. Ils n’ont pas gagné depuis le 30 juin en Saskatchewan. C’est dommage parce qu’ils ont eu l’avance pendant la majorité du match, mais Ottawa a eu le dernier mot.

Revenons à Johnny Manziel. Il n’a pas encore été en mesure de faire gagner son équipe depuis son arrivée à Montréal, mais il a démontré une progression intéressante.

«J’ai fait quelques erreurs vers la fin et j’aurais pu mieux faire pour garder notre attaque sur le terrain en deuxième demie, a commenté Manziel après le match. À l’heure actuelle, il n’est pas question de victoire ou de défaite. On doit montrer une progression, mais c’est chiant de perdre un match comme celui-là.»

Malgré tout, c’est un quart plus confortable qui s’est présenté derrière sa ligne de mêlée. Il semblait en contrôle des jeux qu’il exécutait. À plusieurs occasions, le pivot a été audacieux dans ses décisions. Certaines ont été payantes et d’autres l’ont été moins.

Manziel a notamment tenté deux passes consécutives d’au moins 30 verges à B.J. Cunningham qui était dans une double couverture à chaque occasion. Les deux jeux ont avorté, mais ça faisait longtemps qu’on n’avait pas été témoin de ce type de séquence par un quart des Alouettes.

Il a aussi utilisé ses jambes à quelques reprises et il a connu un certain succès. Au troisième quart, il a donné une bonne frousse à l’organisation des Alouettes alors qu’il a été plaqué solidement à la ligne des buts adverse. Manziel a été sonné pendant quelques minutes avant de pouvoir revenir au jeu.

Sur cette séquence, il a échappé le ballon, mais il a été recouvert dans la zone payante par Kristian Matte. Une meilleure performance dans l’ensemble, mais pas assez concluante pour procurer la victoire aux Alouettes.

Manziel a fini sa soirée avec 16 passes complétées et 168 verges de gains aériens, dont seulement 40 en deuxième demie. Il a porté le ballon trois fois pour 36 verges.

Du Ackie à son meilleur

En première demie, la défensive des Alouettes a pris les choses en mains. Elle a provoqué quatre revirements, dont deux l’ont été par le secondeur Chris Ackie.

Sur son deuxième, l’ancien choix de premier tour au repêchage en 2015 a capté une passe qui a été touchée à la ligne de mêlée. Ackie a ramené le ballon dans la zone des buts pour inscrire le seul majeur de la première demie.

Pendant ce temps, l’attaque n’a pas été en mesure de profiter de l’excellence de leurs coéquipiers pour donner un coussin plus confortable aux Alouettes. C’est dommage pour les visiteurs. Par contre, on peut dire qu’ils ont disputé l’une de leurs meilleures demies de la saison 2018.

Un vrai leader

Depuis son arrivée à Montréal, Johnny Manziel démontre qu’il veut tout faire pour mener les Alouettes à la victoire.

Après le match contre Ottawa, le quart a parlé comme un leader même si ça ne fait que deux semaines qu’il est avec l’équipe.

«Je ne suis pas heureux du résultat de la rencontre, mais on a démontré une belle progression par rapport à la semaine dernière», a souligné Manziel.

Il est revenu sur le dur contact dont il a été victime au troisième quart. Après une belle course, il a été accueilli solidement à la porte des buts d’Ottawa par un demi défensif adverse.

«J’ai eu l’impression de rentrer dans un mur de briques, a-t-il expliqué. Leur défensive était rapide et imposante. Je voulais leur prouver qu’ils ne pouvaient pas me sortir de la rencontre de cette façon.

«Je voulais me battre avec mes coéquipiers jusqu’au bout. Je veux être le quart-arrière de cette équipe et de cette ville. J’espère qu’ils vont continuer de croire en moi, car c’est très dur de ne pas avoir les résultats escomptés.»

Manziel a été évalué par les médecins de l’équipe pour une possible commotion cérébrale après ce jeu. Il a été en mesure de retourner sur le terrain. Il a été toutefois réévalué au terme de la rencontre, mais tout semblait normal.

Pour le reste, la ligne offensive l’a beaucoup mieux protégé que la semaine dernière et il n’a pas été obligé de sortir de sa pochette à tous les jeux pour pouvoir lancer le ballon.

«Notre ligne offensive a fait de l’excellent travail et on avait beaucoup travaillé sur notre communication pendant la semaine d’entraînement, a précisé Manziel. C’est un pas en avant.»

Sherman satisfait

Son entraîneur Mike Sherman a vu plusieurs bonnes choses de son quart-arrière.

«Il a démontré une grande amélioration par rapport à la semaine dernière, a souligné l’entraîneur des Alouettes. Il a pris de bonnes décisions et il n’a pas commis de revirements.

«Je crois qu’il va continuer à s’améliorer à mesure que les semaines vont défiler.»