Coupe Rogers

Sloane Stephens s’impose d’abord en simple

Agence QMI / Benoît Rioux

Publié | Mis à jour

Avant d’accompagner Eugenie Bouchard en double durant la soirée, l’Américaine Sloane Stephens, troisième raquette mondiale, n’a pas tardé à s’imposer lors de son quart de finale en simple, vendredi après-midi, sur le court central du Stade IGA.
Stephens a ainsi battu la Lettone Anastasija Sevastova, 19e au monde, par un pointage de 6-2 et 6-2.

Logiquement reconnue pour son titre majeur obtenu aux Internationaux des États-Unis en 2017, Stephens avait aussi bien fait à la Coupe Rogers de Toronto, l’an dernier, s’inclinant en demi-finale contre la Danoise Caroline Wozniacki. À nouveau dans le carré d’as à Montréal, elle a maintenant l’occasion de faire encore mieux advenant une autre victoire.

«Je pense qu’on peut établir que le Canada est une bonne place pour moi», a déjà statué l’Américaine durant son point de presse.

Stephens avait aussi témoigné son amour pour le Canada à la foule lors de son entrevue sur le court central au terme du match.

Un peu plus facile

À propos de cet affrontement de vendredi contre Sevastova, l’Américaine a rapidement donné le ton au match grâce à un bris d’entrée de jeu. Stephens a ensuite fait la démonstration de tout son talent, que ce soit au service ou en réception. Elle a également brisé son adversaire pour entamer le deuxième set, voguant finalement vers la victoire grâce à bon nombre de coups opportuns. Le pointage final n’indiquait pas totalement l’allure du match, mais Stephens s’est levée au bon moment, gagnant 60 échanges sur 104.

Lors de son triomphe aux Internationaux des États-Unis, Stephens avait justement vaincu Sevastova, non sans peine, également à l’étape des quarts (par un pointage de 6-3, 3-6 et 7-6 (4)). Cela a fait partie de son parcours avant la fameuse finale gagnée contre sa compatriote américaine Madison Keys.

«J’avais aussi joué contre elle (Sevastova) deux mois plus tard en Chine et j’avais perdu», a toutefois rappelé Stephens, refusant d’accorder trop d’importance aux résultats du passé.