Coupe Rogers

Simona Halep intraitable contre Caroline Garcia

Publié | Mis à jour

Ce pouvait être une revanche en réponse aux nombreuses défaites ou une façon de passer un message à Simona Halep. Caroline Garcia n’a toutefois pas réussi à démystifier la raquette roumaine, vendredi soir.

Halep a infligé une cinquième défaite à la Française à leur sixième duel en carrière en l’emportant en deux manches de 7-5 et 6-1. Elle élimine ainsi sa rivale en quart de finale de la Coupe Rogers pour une deuxième année de suite.

Garcia voulait utiliser sa puissance afin de contrer la meilleure raquette mondiale. Celle-ci l’a à nouveau déjouée en répondant avec puissance, finesse et hargne, courant toutes les balles.

Si le premier set a été chaudement disputé dans une guerre de tranchées marquée par des échanges spectaculaires, le second a été plus expéditif. Garcia n’avait tout simplement aucune solution pour contrer sa coriace rivale.

«Ç’a été très difficile. Je tirais de l’arrière et je n’ai jamais lâché, a expliqué celle qui se sentait très fatiguée à son réveil vendredi après une journée de fou la veille. Quand je suis revenue de l’arrière, j’ai gagné en confiance. Je bougeais et je jouais mieux. J’étais plus forte. Je crois que Caroline a ensuite connu une baisse d’énergie après avoir perdu la première manche.»

«Elle a contrôlé les échanges. C’est sa force, car elle couvre très bien le court, a analysé Garcia. C’était une grosse bataille des deux côtés. J’ai eu la chance de gagner le set, mais je n’ai pas assez bien joué sur les points importants. Je lui ai aussi donné des points.»

La Roumaine en sera à sa septième présence en demi-finale à ses 11 tournois cette saison.

Des échanges spectaculaires

Entre deux des 10 meilleures raquettes au monde, on s’attendait à d’excellents échanges et des coups d’éclat. C’est exactement ce qu’ont fait les deux joueuses en attaquant les lignes du terrain comme jamais. La peinture sur la surface a tenu l’instant des 98 minutes du match ! Tantôt en puissance tantôt en finesse, elles ont livré un véritable spectacle.

Garcia a entamé le match en passant un message clair à sa rivale, elle était prête. Si prête, qu’elle l’a brisée d’entrée de jeu. Mais la Roumaine a aussitôt repris son dû au jeu suivant. On aurait alors cru au jeu du chat et de la souris. Mais non. Elles ont ensuite défendu leurs tours au service avec brio même si plusieurs points ont nécessité des égalités. À ce titre, au troisième jeu, la Française a réussi à sauver quatre balles de bris.

Par ses coups géniaux et de longs échanges spectaculaires, Halep s’est attiré les chaleureux applaudissements de la foule. On pouvait aussi entendre les « Allez Caro » résonner dans le stade.

La championne de l’édition 2016 a réussi à bâtir son avance en profitant de trois balles de bris alors que le score était à égalité 5-5.

Elle n’a plus regardé derrière par la suite, enlevant la première manche en 54 minutes.

Sa nette domination au second set n’a laissé aucune chance à Garcia.

En furie

La victoire n’a pas mis un sourire au visage de la gagnante. Au contraire, à son arrivée en point de presse, elle a tôt fait de livrer le fond de sa pensée. C’est qu’elle venait d’apprendre qu’elle était à l’horaire de la demi-finale à 13 h, samedi. Une situation qui se répète dans son cas, selon elle.

«Si l’on regarde l’horaire, je suis la seule joueuse qui a le pire calendrier cette semaine, a-t-elle expliqué en comparant les temps de repos alors que sa rivale en demi-finale, Ashleigh Barty, profitait déjà de six heures de repos. Ce n’est pas la première fois. Je crois que la WTA a une dent contre moi, car elle essaie toujours de me rabaisser. Je suis très fâchée.

«Je ne me plains jamais des horaires, a ajouté la numéro un mondiale qui n’a pas eu son mot à dire de la semaine. Mais aujourd’hui, c’est assez !»

Elle donnera néanmoins son maximum sur le court central cet après-midi puisqu’elle «n’a rien à perdre».