Coupe Rogers

Rafael Nadal a eu chaud

Publié | Mis à jour

Les organisateurs du tournoi de la Coupe Rogers ont poussé un soupir de soulagement vendredi soir en voyant Rafael Nadal vaincre difficilement Marin Cilic pour atteindre la ronde des demi-finales.

Après avoir perdu la première manche 6-2, Nadal s’est ressaisi pour gagner les deux suivantes par des pointages identiques de 6-4 au grand plaisir des spectateurs au Centre Aviva.

L’Espagnol de 32 ans atteint ainsi la ronde demi-finale d’un tournoi Masters 1000 pour la 67e fois de sa carrière. Le carré d’as sera complété par un autre vétéran, soit Kevin Anderson, et par les jeunes Karen Khachanov et Stefanos Tsitsipas.

Très satisfaisant

«Ce fut un match difficile, a commenté Nadal, premier joueur mondial et triple champion du tournoi de la Coupe Rogers. Cilic s’est montré agressif au départ et j’ai heureusement su résister à ses attaques à compter de la deuxième manche. Je suis fier de me retrouver de nouveau en demi-finale à Toronto (il n’était pas venu ici depuis 2010). Je n’aurais jamais cru cela possible il y a six ans quand j’ai subi ma part de blessures.

«J’adore participer à ce genre de match serré, a-t-il ajouté. C’est un résultat très satisfaisant dans un tournoi aussi relevé, avec 19 des 20 meilleurs joueurs au monde sur place. Je n’ai pas eu l’occasion de m’entraîner beaucoup sur une surface dure avant le tournoi et de me retrouver en demi-finale me comble de joie. C’est pourquoi vous m’avez vu célébrer de cette façon à la fin.»

Nadal affrontera samedi soir Khachanov, un joueur russe de 22 ans qui a facilement disposé du tombeur de Denis Shapovalov, Robin Haase, en des manches de 6-3 et 6-1. Khachanov, 38e joueur mondial, en est à sa première participation à une demi-finale dans un tournoi de la série Masters 1000.

L’attraction

Nadal exerce un pouvoir d’attraction qui n’a d’égal que celui de Roger Federer. Il est d’ailleurs le seul à être parvenu à remplir les gradins à Toronto. En plus d’offrir un excellent spectacle sur le court, Nadal se comporte toujours en véritable professionnel. Federer et lui peuvent servir d’exemples à tous ces athlètes qui se fichent malheureusement du public et des médias.

Nadal a remporté trois fois le tournoi de la Coupe Rogers. Sa dernière conquête remonte à l’année 2013, contre Milos Raonic, à Montréal.

«C’est un tournoi important. Je ne l’ai pas abordé en me disant que je dois m’en servir comme préparation en vue des Internationaux des États-Unis à la fin du mois, racontait-il plus tôt dans la semaine. Je joue toujours avec la même passion. Avant toute chose, j’adore la compétition.

«Ma motivation est de continuer de pratiquer le métier que j’aime en essayant de remporter le plus grand nombre de victoires possible. Je suis fier de ma longévité, surtout en tenant compte de mon style de jeu qu’on disait trop physique. J’ai cependant compris que je dois prendre des pauses durant l’année afin de me reposer physiquement et mentalement. C’est ce que j’ai fait avant et après le tournoi de Wimbledon.»