Boxe

Lucian Bute annoncera bientôt sa décision

Publié | Mis à jour

L’ancien champion du monde Lucian Bute décidera bientôt s'il retourne dans le ring ou s'il prend sa retraite.

C’est ce que le boxeur québécois d’origine roumaine a indiqué lors d’une entrevue à TVA Sports, vendredi au parc Jarry, où la Coupe Rogers bat présentement son plein.

Si Bute affirme n'avoir pas fait son choix, il semble pencher pour une routine qui le garderait près de sa famille.

«J’ai une petite fille, tout le monde le sait. Ma fille est venue au monde il y a plus d’un an. J’essaie de prendre mon temps, de réfléchir comme il le faut et de profiter [des moments] avec ma petite fille et ma famille. Je n’ai pas pris la décision, mais bientôt je vais annoncer officiellement laquelle j'ai prise.»

L’athlète de 38 ans était parmi les spectateurs à Atlantic City qui ont assisté à la sensationnelle victoire d’Eleider Alvarez aux dépens de Sergey Kovalev, le 4 août dernier. C’est d’ailleurs contre Alvarez que Bute a essuyé son dernier revers dans le ring.

«J’étais présent pour l’encourager. Je tiens à le féliciter encore une fois pour sa grande performance. C’était tout un combat, très spectaculaire. Il mérite ça, il attendait son combat de championnat du monde depuis des années. Il a eu la chance de le faire, en plus contre Kovalev qui était parmi les meilleurs au monde dans sa catégorie», s'est-il réjoui.

«Il mérite d’être un champion parce qu’il est authentique et il est gentil.»

Un ami d’Halep

Un grand amateur de tennis, Bute a noué des liens d’amitié avec sa compatriote Simona Halep, qui est aujourd’hui la première raquette mondiale.

Il y a plusieurs années, le pugiliste avait conseillé Halep alors qu’il était champion du monde.

«Le travail, le dévouement et la discipline peuvent t’amener très haut», a constaté Bute.

À l’instar de la gymnaste Nadia Comaneci qui avait fait vibrer le Québec lors des Jeux olympiques de 1976, Halep a été adoptée par les partisans montréalais, qui sont nombreux à l’appuyer dans les estrades durant la Coupe Rogers.

«Nous sommes latins aussi, la Roumanie ressemble beaucoup au Québec, a mentionné Bute en faisant allusion aux liens qui unissent son pays d’origine et sa terre d’adoption. Nous avons une mentalité, des habitudes et une éthique de travail semblables. Nous sommes des gens qui veulent travailler pour réussir. J’ai été chanceux d’arriver ici en 2003 et je suis très fier d’être un Québécois et un Canadien aujourd’hui.»