Christopher Amoah

Photo : Christopher Amoah Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Football universitaire RSEQ

Christopher Amoah veut être un leader

Publié | Mis à jour

Contrairement à certains qui reviennent la tête basse disputer leur cinquième saison faute d’avoir réussi à percer les rangs professionnels, Christopher Amoah aborde la prochaine campagne avec optimisme.

«Je suis dans un bon état d’esprit et je suis content d’être de retour pour disputer ma dernière saison, a raconté le porteur de ballon du Rouge et Or de l’Université Laval au terme du premier entraînement de l’équipe, vendredi matin. Je veux aider les jeunes et remplir un rôle de leader. Je suis resté près des gars cet hiver et je suis revenu à Québec en juillet après quelques semaines de repos.»

S’il affiche sa bonne humeur habituelle, Amoah a vécu une grande déception lorsqu’il a été ignoré au repêchage de la LCF. «Je pensais être choisi et ce fut difficile à accepter, a-t-il reconnu, mais je suis depuis passé à un autre appel. Je suis content d’avoir fait tout le processus.»

L’invitation des Eskimos d’Edmonton de participer au camp d’entraînement a aussi aidé Amoah à avaler la pilule. «Je n’étais pas un intrus parmi les autres joueurs, a-t-il imagé. J’étais à ma place et j’ai bien progressé à chaque jour du camp. J’ai pu montrer mes habiletés. J’ai appris des vétérans comment me comporter comme un professionnel et comment prendre soin de mon corps. Ce sont des aspects que je vais pouvoir partager avec les plus jeunes, à Laval.»

Malgré quelques flashs intéressants, Amoah n’a jamais pu s’établir comme partant avec le Rouge et Or, en raison notamment des blessures et d’un champ arrière bien rempli. La saison 2018 pourrait-elle être son année ?

«Je veux contribuer aux succès de l’équipe, a-t-il résumé. Les entraîneurs vont m’utiliser dans les meilleurs intérêts de l’équipe. C’est certain que ça pourrait m’aider pour l’avenir si je suis utilisé sur les unités spéciales, mais je ne m’imposerai pas.»

Belle progression pour moisan

Comme Amoah, Étienne Moisan revient à Laval pour sa dernière campagne dans un bon état d’esprit, mais il devra être patient au camp d’entraînement, lui qui est encore ennuyé par une blessure à une hanche, blessure qui l’a convaincu de quitter le camp des Alouettes de Montréal en juin.

«C’est le jour et la nuit avec la fin de saison 2017, où les Advil et les Tylenol me gardaient en vie, a-t-il illustré, mais je dois continuer ma progression sans forcer un retour hâtif. Je ne veux pas jouer la saison à 70 pour cent comme l’an dernier et rater des entraînements. Je suis à 90 pour cent et j’ai connu une grosse progression depuis trois semaines après un repos plus long que prévu. L’objectif est d’être prêt pour le premier match de la saison. Les entraîneurs savent ce que je peux faire.»

Moisan ne sait pas quand il pourra enfiler casque et épaulettes pendant le camp.

Problèmes académiques pour trois recrues

Une tuile s’est abattue sur le Rouge et Or avant même le début du camp d’entraînement.

Trois recrues de premier plan ne sont pas admissibles sur le plan académique et devront au mieux retarder leurs débuts.

Le secondeur Cédric Forbes-Mombleau et le porteur de ballon Gloire Muganda, du campus Notre-Dame-de-Foy, ainsi que le demi inséré Mathieu Blanchette, des Élans de Garneau, devaient se joindre au Rouge et Or, mais leur situation académique ne le permet pas.

De retour à Deux-Montagnes, Forbes complétera son diplôme et prévoit entrer à l’Université Laval en janvier prochain où il rejoindra son frère Vincent qui fait actuellement ses débuts avec le Rouge et Or.

Quant à Blanchette, il sera de retour à Garneau, mais il ne sera pas admissible à porter les couleurs des Élans pour une quatrième saison parce qu’il n’a pas réussi suffisamment de cours lors de la dernière année.

Bonne nouvelle pour lebreux

Actuellement au camp, mais sur la touche en raison d’une blessure, le porteur de ballon William Lavoie est un cas incertain pour des raisons similaires.

«On devait être 88 joueurs, mais nous sommes 80 avec les départs et les problèmes académiques, a souligné l’entraîneur-chef Glen Constantin. Ce n’est pas beaucoup, mais nous avons débuté un camp à 82. On devra bien gérer nos effectifs. Disons que nous sommes loin de la limite de 110.»

Seule bonne nouvelle sur le plan académique, Clément Lebreux est en voie de compléter avec succès son dernier cours d’été. Le plaqueur pourra ainsi revenir au jeu après une année loin du terrain pour obtenir un diplôme professionnel. Il était présent au camp de printemps en Floride, mais il a raté le Défi Est-Ouest en raison d’une blessure à un orteil. Il s’entraîne avec ses coéquipiers.

Glen Constantin était content de sauter sur le terrain. «Tout le monde est excité et il y a une belle énergie, a souligné l’entraîneur-chef de Laval. Je suis content des effectifs qu’on a sous la main. Avec un quart-arrière de 5e année et une bonne unité défensive, tous les espoirs sont permis.»

Samuel Lefebvre (gastro), Cyrille Hogan-Saindon et Marc-Antoine Varin (ischio-jambier) ont obtenu un congé de vaisselle.