Boxe

La recette parfaite d’Eleider Alvarez et de Marc Ramsay

La recette parfaite d’Eleider Alvarez et de Marc Ramsay

Bernard Barré

Publié 05 août
Mis à jour 05 août

Cette recette avait été concoctée lors du dur camp d’entraînement à Bogota, en Colombie. «Storm» étant négligé des parieurs par beaucoup, le gâteau avait grand intérêt à lever.

Un vrai plan de génie, qui consistait à tromper et endormir le dangereux Sergey Kovalev (32-3-1,28Kos).

Eleider Alvarez (24-0-0,12Kos) a travaillé de façon impressionnante avec son jab et a tourné lentement, mais surement vers sa droite pour s’éloigner de la plaque d’acier, soit le gant droit de l’ex-champion.

Puis, il a  lancé quelques bombes au corps dès qu’il en avait l’occasion, ce qui a semblé déranger le broyeur de mâchoires. Les appels à l’aide de ce dernier, par son regard, en direction de l’arbitre, en sont une belle preuve.

Non!  Les coups du Québécois étaient légaux. Meilleure chance la prochaine fois.

Alvarez devait limiter les dégâts dans les premiers rounds, tout en étant compétitif. Un des points tournants du combat fut sans aucun doute le quatrième round où le Russe a touché durement son adversaire à quelques reprises, ce qui a eu pour effet que tous les spectateurs ont senti le danger.

Alvarez, en boxeur d’expérience a laissé passer cette bourrasque, comme un champion qu’il allait devenir quelques instants plus tard. Une courte conversation avec son entraineur pendant la minute de repos et c’est le sourire aux lèvres qu’il est reparti pour le round suivant.

Le deuxième point tournant s’est produit après le sixième round quand Ramsay a mentionné à son boxeur que tout se passait comme prévu (même si  Alvarez tirait de l’arrière de beaucoup sur les trois cartes de juges).

Alvarez terrasse Kovalev - TVA Sports

S'imposer

Les directives du coach étaient maintenant d’insister physiquement et obliger Kovalev à reculer, ce qui fut fait et bien fait. Un boxeur totalement offensif comme le Russe, qui se déplace sur les talons est une bonne indication qu’il est dans le trouble.

Trois chutes au tapis sur des coups puissants, dont la deuxième, où l’arbitre a transformé son compte de huit en compte de douze, au désespoir de l’équipe de Ramsay, ont mis un point final à ce combat qui vient de marquer l’histoire de la boxe québécoise.

Trois champions de chez nous, dans la prestigieuse division des mi-lourds et un Jean Pascal qui a un œil sur la quatrième ceinture détenue par le Russe Dmitry Bivol (14-0-0,11Kos).

Cette division est devenue un terrain de jeu pour nos talentueux boxeurs. J’espère que je ne suis pas en train de rêver. Inimaginable. Plusieurs des meilleurs boxeurs au monde peuvent bien souhaiter poursuivre leur carrière au Québec.

Wow! Wow! Wow, Eleider Alvarez a réalisé son objectif ambitieux, après des années de misère.

Bravo champion! T’as tellement mérité cette ceinture, qui est associée à des bourses plus qu’intéressantes qui vont changer ta vie et celle de ta petite famille, qui a bien hâte de te rejoindre. Quelle belle soirée tu nous as fait passer.

Chapeau aussi à son entraîneur Marc Ramsay qui nous a montré son grand talent de stratège. Un vrai de vrai celui-là.