Impact

Occasion ratée pour l'Impact

Publié | Mis à jour

Wayne Rooney n’a pas marqué, mais l’Impact n’a pas gagné non plus. Il s’est plutôt contenté d’un verdict nul de 1 à 1 face à D.C. United devant 19 152 spectateurs certainement déçus.

Le Bleu-Blanc-Noir s’était pourtant donné l’avance à la troisième minute sur un but de Matteo Mancosu.

Les visiteurs ont été tenaces, voire meilleurs, et ont, de façon générale, dicté le ton du match de sorte que personne n’a été surpris quand un centre de Luciano Acosta a permis à Yamil Asad de rediriger la balle dans le but pour créer l’égalité à la 70e.

Il y a une pointe de controverse sur ce but puisque quelques instants avant, un joueur de D.C. a touché le ballon de la main sans que la situation ait été signalée.

Arrêté de jouer

L’Impact, qui n’a pas joué un grand match, a raté une belle chance de s’emparer seul du 5e rang dans l’Est puisque la Nouvelle-Angleterre a elle aussi fait match nul à Orlando.

«On s’est arrêtés de jouer, a déploré l’entraîneur Rémi Garde après la rencontre. On a ouvert le score rapidement, on est devenus spectateurs et le bloc était trop bas.»

«Ils ont pris confiance en eux, ils ont multiplié les passes. Ils ont joué comme s’ils étaient à domicile et on les a regardés.»

Plus inquiétant, la troupe de Garde n’a pas goûté à la victoire à ses quatre derniers matchs si l’on inclut la défaite contre Vancouver en Championnat canadien, la semaine dernière.

«On n’a pas été altruistes, on a joué de façon égoïste par moment et on n’a pas toujours respecté le jeu», a aussi martelé Garde.

But rapide

L’Impact a connu un départ canon grâce à un but de Matteo Mancosu dès la 5e minute.

Après un énorme travail de Saphir Taïder dans le couloir gauche, Ignacio Piatti a décoché un tir qui a dévié sur un défenseur pour se retrouver devant l’Italien, qui s’est retourné pour marquer son troisième but de la saison.

Le Bleu-Blanc-Noir a continué de frapper à la porte, mais D.C. n’était pas venu à Montréal pour profiter du Poutine Fest.

La bande à Wayne Rooney s’est retroussée les manches et a commencé à donner des maux de tête à la défense montréalaise avec beaucoup de vitesse et une exécution rapide.

Les poteaux

Outre Evan Bush, qui a réalisé quelques arrêts spectaculaires pour tenir D.C. à zéro, les grandes vedettes de la première demie auront été les deux filets.

En effet, chaque équipe a frappé le poteau et la transversale dans les 45 premières minutes, l’Impact ajoutant une transversale sur un tir de Taïder en seconde demie.

Alejandro Silva, qui avait bien utilisé sa vitesse, a frappé le poteau gauche moins de deux minutes après le but de Mancosu. Saphir Taïder a quant à lui décoché un véritable missile sur la transversale de David Ousted peu après la demi-heure de jeu.

Chez les visiteurs, Russell Canouse a goûté à la médecine de la transversale alors que Wayne Rooney a dirigé un puissant coup franc sur le poteau gauche de Bush quelques minutes avant la mi-temps.

Rooney n’a d’ailleurs laissé personne indifférent puisqu’il a été copieusement hué et sifflé chaque fois qu’il touchait au ballon.

TROP DE NAÏVETÉ

Il n’y avait pas de détour possible, l’Impact n’a pas joué un bon match et les joueurs ne se sont pas cachés pour l’admettre.

«Je crois qu’on a été un peu naïfs quant à la façon dont se déroulerait le match après avoir marqué le premier but si tôt dans le match», a avancé Evan Bush.

Le gardien a du même coup louangé les visiteurs qui ont travaillé avec acharnement.

«Depuis que Ben Olsen est là, c’est une équipe qui n’abandonne jamais. Maintenant, on ajoute à ça des joueurs de qualité.»

Très moyen

Samuel Piette, qui a fait l’objet d’une couverture très serrée tout au long du match, ne cachait pas sa déception.

«Autant sur le plan défensif qu’offensif, la performance était très moyenne et en dessous des attentes.»

Le milieu de terrain s’explique toutefois mal comment l’équipe a piqué du nez après avoir connu un très bon début de rencontre.

«Je ne sais pas ce qui est arrivé, on dirait qu’on a gagné trop en confiance, on a commis beaucoup d’erreurs techniques et on a perdu la balle bêtement, on était toujours deuxièmes sur les ballons et on était trop passifs.»

«On dirait qu’on a manqué de hargne.»

Comme une défaite

Ces deux points perdus déçoivent Piette.

«C’est clairement une nulle à saveur de défaite. Il nous restait 11 matchs, 11 finales, maintenant il n’en reste que 10 et il faut pousser parce que ça pourrait nous faire mal.»

«On n’a pas perdu non plus. C’est un point qu’on est allé chercher et en fin de saison, ça va peut-être être deux points qui vont nous faire mal ou un point qui va nous sauver.»

Piette a rappelé que D.C. United joue nettement mieux que sa position ne l’indique.

«Ils sont derniers dans l’Est, mais ils ne sont pas à la place qu’ils devraient être, c’est une très bonne équipe.»

«Je ne dirais pas qu’on les a sous-estimés, mais on a été quand même surpris, je pense.»