Crédit : Courtoisie / Red Bull

Sports d'été

Lysanne Richard: un retour sur le circuit qui fait du bien

Publié | Mis à jour

Nous sommes déjà presque à la mi-saison de mon circuit de compétition, le RedBull Cliff Diving.

Pour le moment, deux épreuves féminines sur cinq ont eu lieu. Ce week-end, c’est la troisième épreuve féminine, à Sisikon en Suisse. Actuellement, la Mexicaine Adriana Jiminez est en tête du classement. Les pointages sont serrés et avec les épreuves à venir tout peut encore changer.

Pour ma part, faire un retour sur le circuit cette année est déjà un grand accomplissement. Je suis revenue d’une longue année d’absence de compétition et d’entrainement à la suite d’une blessure au cou.

Lorsque je suis remontée sur la plateforme au début du mois de juin au Texas; cela faisait depuis la finale à Dubai en 2016 que je n’avais pas eu la chance de m’exécuter sur le circuit. Le défi était grand, autant physiquement que mentalement. Mais même si d’un côté musculaire je ne suis pas encore aussi forte qu’avant mon arrêt obligé de 2017, mentalement je me sens différente.

Crédit photo : Courtoisie / Red Bull

Je suis prête à refaire ma place dans ce sport.

J’ai pris ma blessure au sérieux. J’ai eu la chance de bénéficier des meilleurs soins pour m’aider à guérir et me renforcir. Je me suis entourée d’une précieuse équipe de spécialistes, qui me permettent de non seulement retrouver 100 % de mes capacités, mais aussi de devenir une meilleure athlète qu’avant.

Je me suis classée dans la première moitié au Texas, avec une cinquième place. Cette expérience m’a permis de redécouvrir ma liste de mouvements habituels puis de retrouver le «feeling» de la hauteur. Au-delà du rendement au Texas, le plus important était pour moi de retrouver ma «gang». Je me suis sentie vraiment bien accueillie et ça m’a fait chaud au cœur.

Entre la première et la deuxième étape, mes entraineurs et moi avons mis les bouchées doubles. Nous avons apporté les correctifs que l’on a décidés prioritaires se basant sur la qualité de l’exécution de mes plongeons au Texas. Notre travail a porté ses fruits, aux Açores puisque je suis remontée sur le podium avec une troisième place. C’est une victoire pour mon équipe et moi. Ça nous donne une belle tape dans le dos, nous confirmant que c’était la bonne décision de se retrousser les manches et continuer de travailler fort. On n'a jamais cessé d’y croire malgré les difficultés de la dernière année.

Cette performance me classe en ce moment au 4e rang. Je suis devancée par la Britannique Jessica Macaulay, l'Australienne Rhiannan Iffland et la Mexicaine Adriana Jiminez. Toutes ces plongeuses sont talentueuses puis elles ont chacune leurs forces que j’admire.

Crédit photo : Courtoisie / Red Bull

Jessica est brave, gracieuse et encore jeune. Elle est en mesure de prendre une grande quantité de répétition en entrainement. Cet avantage lui permet de trouver plus rapidement sa zone de confort en compétition.

Rhiannan est actuellement la plongeuse la plus décorée du circuit. Elle a remporté le titre de la saison en 2016 et 2017. Grâce à son nouveau plongeon, le triple arrière deux vrilles, qui est actuellement le plongeon le plus difficile chez les femmes, elle est montée sur la première marche du podium aux Açores. Elle avait terminé au bas du podium au Texas avec une quatrième place.

Adriana Jiminez, est en tête pour le moment. Elle a une technique irréprochable et un style bien à elle. Ce sont toutes des rivales de taille, mais aussi de bonnes amies et des sources d’inspirations pour moi. Les progrès de chacune motivent les autres à s’améliorer elles aussi et c’est ensemble qu’on fait évoluer notre sport.

Crédit photo : Courtoisie / Red Bull

Tout de même, j’ai aussi mes forces, entre autres la qualité de mes entrées à l’eau. Je compte bien miser là-dessus pour mener une chaude lutte vers le King Kahekili Trophee encore une fois cette année. En 2016, Rhiannan a dû attendre la dernière compétition de la saison pour confirmer sa victoire annuelle tandis que j’ai pris le deuxième rang du «overall» ayant remporté deux compétitions puis cumulé plusieurs autres podiums cette même année.

Rien n’est joué d’avance, tout est encore possible. Je compte bien m’investir à fond et profiter de chaque moment. J’ai aussi confiance que mes efforts seront récompensés.

Je termine ce texte par un clin d’œil à Jacques Cœur, car c’est par amour pour mon sport que je suis encore présente sur la scène internationale. Cette citation m’a toujours parlé beaucoup : «à cœur vaillant, rien d’impossible.»


► Suivez-moi sur Facebook

► Suivez-moi sur Instagram