Boxe

Pascal terrasse Bossé au 8e round

Publié | Mis à jour

Jean Pascal a livré une performance digne d’un ancien champion du monde, vendredi soir à la Place Bell de Laval.

Le protégé de Stéphan Larouche a été en contrôle du début à la fin de l’affrontement contre Steve Bossé. Il a fini le travail avec une gauche foudroyante au huitième round devant une foule évaluée à 3300 personnes.

Bossé s’est écroulé au tapis. Il est parvenu à se relever de peine et de misère. Toutefois, l’arbitre Michael Griffin a décidé de mettre fin aux hostilités voyant que l’ancien combattant de l’UFC n’était pas en mesure de poursuivre.

Pascal a indiqué qu’il voulait continuer sa carrière sans préciser dans quelle catégorie de poids ou le moment de l’année.

«Je veux continuer parce que j’ai d’autres objectifs à atteindre», a affirmé Pascal.

Pour sa part, même s’il a perdu, Bossé a démontré une leçon de courage durant ce combat. Il n’a pas à rougir de sa performance.

«Je voulais laisser mon cœur dans le ring, a-t-il mentionné au centre du ring. Jean n’a pas été champion du monde pour rien. J’ai tout donné pour livrer un bon spectacle aux amateurs.»

Dicaire dominante

En demi-finale, Marie-Ève Dicaire (13-0, 0 K.-O.) est demeurée invaincue en l’emportant par décision unanime devant la Mexicaine Alejandra Ayala (9-4, 5 K.-O.).

Malgré quelques bonnes attaques, la boxeuse de Saint-Eustache n’a pas réussi à signer le premier knock-out de sa carrière.

Auparavant, Jordan Balmir (10-0, 5 K.-O.) a remporté une victoire convaincante par knock-out au deuxième round devant l’Allemand Vito Vendetta (12-5-1, 7 K.-O.).

Il a bien préparé son assaut final avec une belle combinaison.

Quelques instants plus tard, Balmir a lancé une invitation au protégé d’Eye of the Tiger Management, Steven Butler, pour un affrontement.

Celui-ci a répondu par les médias sociaux: «Jordan, Jordan, Jordan, je vais te faire mal!»

Comme on le sait, le promoteur Camille Estephan n’a jamais hésité à mettre des combats sur pied que les amateurs souhaitent voir. Il aura un dossier de plus sur son bureau dimanche matin.

Bolivar victorieux

Il y avait peu d’ambiance dans la Place Bell après les deux premiers combats de la soirée. Toutefois, c’était avant le duel entre Michael Cyr (1-1, 0 K.-O.) et Jean-Michel Bolivar (4-1, 2 K.-O.).

Les deux Québécois ont réveillé la foule avec un combat endiablé qui s’est terminé par un knock-out technique en faveur de Bolivar. La fierté de Pointe-Calumet a envoyé Cyr au plancher à deux reprises dès le deuxième round.

Puis, au troisième, Bolivar a fini le travail avec un superbe crochet au foie. Cyr s’est relevé de peine et de misère avant de se diriger vers son coin. Il en avait assez.

«Je savais avec quel coup je voulais mettre fin au combat, a raconté Bolivar à sa sortie du ring. Je voulais qu’il s’essouffle pour prendre l’avantage dans le combat. Je suis vraiment content de cette victoire.»

D’ailleurs, la vice-présidente de GYM, Alexandra Croft, est venue féliciter en personne le pugiliste pour sa belle performance.

Pour revenir à Bolivar, il partira pour la Grèce dimanche avec un large sourire aux lèvres. Il doit assister au mariage de son ami qui doit se dérouler mercredi.

Il souhaite remonter sur le ring à l’automne.

«J’aimerais bien obtenir ma revanche contre Jan-Michael Poulin, a souligné Bolivar. «Danger» Ayoubi et Jordan Balmir sont aussi des adversaires que je souhaiterais affronter.»

Surprises

On a eu droit à des surprises en sous-carte de la finale.

Roody Pierre-Paul (16-4-2, 6 K.-O.) a subi un revers crève-cœur contre le Roumain Oszkar Fio (32-25-1, 17 K.-O.) dans un duel de 6 rounds. Il s’est incliné par décision majoritaire (59-55 x 2 et 57-57).

Puis, quelques minutes, ce fut au tour de Yan Pellerin (2-1) de subir la défaite par décision (39-37 x 3). Le Mexicain Fernando Galvan (3-1, 1 K.-O.) a eu l’avantage dans les échanges musclés pour sortir avec la victoire.

Dans l’autre duel au programme, Whitney Baille (7-0, 2 K.-O.) est demeuré invaincu chez les professionnels en l’emportant par décision contre le Mexicain Victor Lorenzo (9-4, 1 K.-O.).

Dans un combat d’arts martiaux mixtes, Yoni Sherbatov (8-1-1, 4 K.-O.) a eu le dessus sur Luis Solorzano (5-4, 3 K.-O.) par décision unanime.

Pascal - Bossé : round par round

1er round :

Plusieurs amateurs crient «Bossé, Bossé, Bossé» alors que les deux boxeurs s’étudient dans les premières secondes. Pascal passe une solide main arrière à mi-chemin, Bossé ne semble pas dérangé. Pascal apparaît plus mobile que son rival, qui est cependant davantage l’agresseur dans ce round assez égal.

2e round :

Après une première minute terne, Bossé amène Pascal dans les câbles et tente quelques coups de puissance, mais l’ancien champion du monde n’apparaît pas perturbé, et choisit d’amuser la foule. Pascal tente de faire son spectacle : il boxe Bossé sans le regarder!

3e round :

Troisième reprise : est-ce que Pascal va sortir son «coup de la pince à cils», tel qu’il l’a annoncé il y a quelques jours? C’est surtout Bossé qui attaque en début de round. Pascal semble le tenter, ça déstabilise Bossé un brin et Pascal passe à l’attaque! Quelques coups plus tard, Bossé est sur le derrière! Le pompier se relève, par contre, se retrouve de nouveau en difficulté alors que Pascal refait la «pince à cils», mais il finit par tenir! Quel round!

4e round :

Bossé invite Pascal à le frapper tôt dans le round : ce dernier ne perd pas de temps et atteint solidement son rival. Le crochet de gauche de Pascal fait des ravages. Bossé est atteint encore à plusieurs reprises vers la deuxième minute et semble sonné alors que Pascal perd momentanément l’équilibre. Bossé semble retrouver ses esprits en fin de round... avant de recevoir une énième bonne gauche de Pascal dans les dernières secondes.

5e round :

Bossé reçoit encore de généreux encouragement de ses partisans. La première minute du round est tranquille. Bossé veut placer des coups, Pascal reste calme et soudainement : boum! Une puissance droite de l’ancien champion atteint la cible. Bossé reste debout. Pascal se laisse amener dans les câbles, mais n’encaisse rien de trop brutal, avant de repartir à l’attaque. Le round se termine alors que les deux rivaux s’observent.

6e round :

Bossé a reçu beaucoup de coups de puissance depuis le début du combat, mais il est encore très vif et motivé. Il atteint d’ailleurs solidement Pascal vers la 30e seconde. Ce dernier place ensuite une autre bonne gauche. Bossé l’amène dans les câbles, l’atteint. Bossé est hésitant alors que s’amorce la deuxième moitié du round. Une autre solide gauche de Pascal atteint Bossé avec une trentaine de secondes à faire et il en redemande.

7e round :

On s’observe en début de round. Pascal ouvre le jeu avec son crochet de gauche, encore. Bossé amène Pascal dans les cordes plus tard dans le round, place de bons coups. Pascal ne bronche pas. Il touche ensuite la cible avec une combinaison gauche droite. Bossé encaisse deux ou trois autres solide coups dans la dernière minute.

8e round :

«Surveille-toi pour ne pas te faire endormir et te faire prendre par une contre-attaque», se fait dire Bossé dans son coin, avant le début du round. Les deux hommes s’atteignent mutuellement après environ 45 secondes. On entend encore «Bossé, Bossé, Bossé» à la mi-round. Pascal y va de crochets au corps et à la tête. On s’observe encore un peu dans les dernières secondes et soudainement, encore BOUM! Pascal étend Bossé à l’aide d’une retentissante gauche.

Cette fois, c’est fini pour le combattant de Saint-Jean-sur-Richelieu.