Crédit : Jean-Yves Ahern-USA TODAY Sports

Impact

L’Impact sera-t-il des éliminatoires?

Émeric Montminy / TVA Sports

Publié | Mis à jour

Hué par ses propres partisans lors du retour de Laurent Ciman au Stade Saputo, humilié avec l’avantage d’un homme par un LA Galaxy privé d’un certain Zlatan Ibrahimovic, sans compter la fois où il a baissé pavillon face à l’une des pires attaques de la MLS (l’Union de Philadelphie), l’Impact de Montréal n’amenait pas tellement ses partisans à croire, en mai, qu’il réussirait à se tailler une place en éliminatoires.

Mais après avoir amassé seulement neuf points à ses 13 premières rencontres, voilà que le onze montréalais est parvenu à faire oublier ses piètres performances avec cinq gains en six matchs.

Si bien que les récents succès de la troupe de l’entraîneur Rémi Garde a permis au club de se hisser au sixième échelon de l’Association de l’Est, dernier rang donnant accès au tournoi d’après-saison.

La marge de manœuvre est toutefois bien mince pour le Bleu-Blanc-Noir, qui se doit d’enchaîner les victoires s’il souhaite conserver cette position. Les quinze rencontres restantes à la saison régulière ne seront pas de tout repos.

Étant donné que leur sort reste toujours incertain à cette période de l’année, voici une liste des aspects positifs et négatifs qui pourraient influer sur les chances de l'Impact d’accéder à ces éliminatoires tant convoitées.

Les aspects positifs

1. Ignacio Piatti, tout simplement

Comme dit le «fameux» dicton : quand Piatti va, tout va. À 33 ans, l’Argentin demeure sans équivoque le meilleur joueur de l’Impact, lui qui domine l’équipe au chapitre des buts marqués et des passes décisives.

Avec ses qualités techniques exceptionnelles ainsi que sa capacité à orchestrer la majorité des montées offensives, l’Impact pourrait être en mesure d’aller chercher de précieux points qui lui permettraient de se qualifier.

2. Une «Nacho-dépendance» est de moins en moins présente

En cas d’une blessure majeure de Piatti, les chances du Bleu-Blanc-Noir de participer au tournoi de la Coupe MLS pourraient fondre comme neige. Les autres titulaires ont toutefois réussi, depuis quelques matchs, à prouver que lorsque leurs adversaires musèlent «Nacho», ils sont tout de même en mesure de provoquer de belles choses en attaque.

Du moins, c’est ce que l’équipe a fait contre les Rapids du Colorado alors qu’Alejandro Silva et Saphir Taïder se sont levés afin de percer le bloc défensif serré de leurs adversaires.

3. L’éveil de Silva et de Camacho

Bien des détracteurs critiquaient le travail de ceux qui s’étaient joints à l’organisation en mars dernier, eux qui étaient sensés «sauver» la fiche déplorable de l’équipe ainsi que de créer une certaine stabilité dans le XI partant.

De son côté, l’Uruguayen peut dire mission accomplie, lui qui a marqué son premier but face au dangereux Sporting de Kansas City sur un penalty. Cet évènement semble l’avoir libéré et il s’implique désormais davantage dans le jeu en distribuant le ballon à ses coéquipiers tout en frappant à la porte plus régulièrement.

Quant à Camacho, son sens défensif s’est ajusté, et son travail a été récompensé par la ligue, puisqu’il a été nommé sur l’équipe d’étoiles la semaine dernière. Excellent pour remporter les duels aériens tout en détenant de belles qualités de passeur pour un défenseur, Camacho a solidifié sa place parmi le XI de départ de l’Impact. Fait intéressant : il a réussi à maitriser l’attaquant Dom Dwyer, meilleur buteur de l’Orlando City FC et particulièrement efficace contre l’Impact dans le passé.

4. L’Impact n’accorde plus de buts (ou presque)

Avec le prolongement du contrat du Français Rod Fanni jusqu’à la fin de l’année (avec une option pour 2019), les difficultés en défensive centrale semblent maintenant choses du passé. L’Impact n’avait d’ailleurs pas accordé de but en 420 minutes de jeu avant de céder contre les Rapids, samedi.

Le vétéran de 36 ans occupe un rôle crucial depuis son arrivée et a rehaussé les performances des autres arrières. Excluant les statistiques de l’Argentin Victor Cabrera, Fanni est le meilleur joueur des siens au chapitre des dégagements et est l’un des joueurs qui distribuent le ballon le plus souvent avec une moyenne de 49,2 passes par match et un taux de passes réussies de 85,5 %. Il est d’ailleurs 7e dans la ligue pour piéger les attaquants dans une situation de hors-jeu avec une moyenne de 1,1 hors-jeu provoqué par match.

Les milieux de terrain jouent également un rôle primordial dans les succès défensifs de la formation, notamment grâce aux nombreuses interceptions de Samuel Piette, véritable forteresse au centre du terrain sans oublier l’excellent travail du latéral Daniel Lovitz sur le flanc gauche.

5. La chimie entre les joueurs s’est développée

Avant le début de la saison, le camp montréalais avait de la difficulté à utiliser un dispositif qui priorisait l’attaque et s’entêtait à vouloir gagner la bataille au milieu de terrain en utilisant un dispositif avec cinq milieux de terrain et un seul attaquant.

Il est également arrivé de voir l'équipe débuter la rencontre avec cinq défenseurs, comme ce fut le cas face au Los Angeles FC, ce qui montrait un aveu de faiblesse à l’arrière.

Même si on avait pu voir un dispositif à trois attaquants la saison dernière, les joueurs ne savaient pas vraiment comment se débrouiller sur le terrain et cela a pris un certain temps d’adaptation.

Maintenant que les joueurs se sont familiarisés avec le système de jeu de leur nouvel entraîneur après des débuts difficiles, principalement causés par une série de rencontres à l’extérieur, l'équipe enchaine les victoires et conserve son calme pendant 90 minutes.

Les aspects négatifs

1. Le manque de profondeur

Même si le XI partant semble faire de l’excellent travail, c’est lorsque l’on observe la profondeur de l’équipe qu’on peut se poser une multitude de questions. Présentement, l’Impact est à une blessure de compliquer sa quête vers les séries éliminatoires.

En effet, Piatti est irremplaçable, même chose pour Fanni et Piette. Même si les jeunes Shamit Shome et Jeisson Vargas ont montré de belles choses, ils ne pourraient pas immédiatement remplir le rôle de milieu de terrain de premier plan. Même chose pour Ken Krolicki, qui commencerait probablement les matchs sur le banc s’il jouait dans une équipe en haut de classement comme Atlanta...

C’est pourquoi l’Impact se doit de signer un milieu de terrain supplémentaire ainsi qu’un autre attaquant afin d’avoir la conscience tranquille.

2. L’absence d’un buteur de premier plan

Même si elle a remporté ses trois derniers matchs en inscrivant plus de deux buts, l’équipe figure au 20e rang de la MLS au chapitre des buts marqués cette saison avec 22 filets en 18 affrontements. Autant de difficultés à toucher la cible pourraient poser d’énormes complications pour le restant de la saison.

Pour l’instant, les buteurs Matteo Mancosu et Anthony Jackson-Hamel n’ont pas réussi à répondre aux attentes. C’est pourquoi l’acquisition d’un nouvel attaquant lors de la prochaine période des transferts devrait se retrouver parmi les priorités de l’Impact. Le buteur Jimmy Briand serait d’ailleurs l’un des candidats de choix afin de remplir ce rôle.

3. Un surplus de joueurs internationaux

Il est connu que l’une des principales injustices dans le circuit Garber est le fameux cas des «cartes vertes» concernant les places de joueurs internationaux dans les clubs.

Alors que les équipes américaines peuvent se procurer plusieurs joueurs provenant de différents pays sans qu’ils comptent dans cette limite en leur octroyant une résidence fixe aux États-Unis, il n’en est pas le cas pour les formations canadiennes, où les démarches sont plus compliquées.

L’Impact n’a que huit places disponibles pour accueillir des joueurs provenant de l’extérieur du Canada et des États-Unis, places qui sont présentement toutes occupées, voire dépassées si on inclut le défenseur français Zakaria Diallo, qui n’a toujours pas disputé de partie en raison d’une blessure.

Avec l’ouverture de la période des transferts, l’Impact devra alors prendre plusieurs décisions s’ils souhaitent acquérir l’attaquant français Jimmy Briand. Le scénario le plus plausible serait que l’Impact se débarrasse de joueurs qui occupent des places de joueurs internationaux inutilement, comme Victor Cabrera, très peu utilisé par l’entraîneur dans les dernières semaines.

Matteo Mancosu serait un autre joueur qui pourrait quitter le navire, étant donné son manque de production en attaque depuis le début de la saison... 2017.

4. Un manque de variété en attaque

Tel que mentionné plus haut, l’Impact manque d’opportunisme et ne marque pas beaucoup de buts. Un certain manque de variété dans la création pourrait être mis en cause. Les milieux de terrain y vont souvent de la même recette en tentant plusieurs centres dans la surface de réparation, avec des résultats, disons mitigés.

Les séquences se terminant par un but du côté montréalais se produisent souvent lorsque les joueurs décident d’effectuer de courtes passes en profondeur afin de surprendre l’adversaire.

Il n’y a pas beaucoup de choses à critiquer en défensive ainsi qu’au centre du terrain, excepté lorsque les joueurs arrivent dans les 30 derniers mètres. Depuis quelques rencontres, l’Impact marque plus souvent, mais n’a que 73 tirs cadrés sur 221 tentatives cette saison, bon pour le 16e échelon.

Bref, il faudra trouver des façons de surprendre l’adversaire un peu plus souvent.

5. Des performances fragiles

Même s’il semble sur une bonne lancée pour l’instant, le Bleu-Blanc-Noir n’est pas à l’abri de contre-performances qui le feraient retomber dans de vieilles mauvaises habitudes. Cela dit, le onze montréalais mériterait d’avoir plus de points au tableau, ayant été frappé par la malchance à quelques reprises lors des premiers matchs de l’année.

Il ne suffit de penser qu’au deuxième match de la saison face au Crew de Colombus, où Raheem Edwards a provoqué un penalty dans les arrêts de jeu alors que le match se dirigeait vers un verdict nul. Même chose lors du match contre le Fire de Chicago, où l’Impact a encaissé un but à la 89e minute, donnant trois points à une équipe qui lutte en ce moment pour le sixième rang...