Impact

Défaite de l'Impact: pas de panique

Agence QMI / Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

Ne cherchez pas de grands élans de frustration, il n’y en a pas eu après cette défaite. Les joueurs de l’Impact sont rapidement passés à autre chose.

«Nous sommes déçus, mais on doit se préparer pour le match dans deux jours qui sera à la maison», a avancé Evan Bush.

Le gardien estime que le score et les circonstances font que les joueurs ont passé l’éponge avant même le coup de sifflet final.

«C’était 3-0 avec 15 minutes à jouer, peut-être que les gars ont commencé à penser à la préparation du prochain match, c’est peut-être pourquoi tout le monde semble être passé à autre chose.»

«Si on avait perdu un match de milieu de semaine à la maison, peut-être que les choses auraient été différentes.»

Retour sur terre

Après une belle série de quatre victoires consécutives, c’est le genre de soirée qui ramène tout le monde à l’ordre.

«On était sur une bonne séquence, mais se faire remettre les pendules à l’heure par une bonne équipe, ça nous ramène les pieds sur terre et nous démontre qu’on doit continuer de travailler malgré les succès qu’on a eus», a soutenu Samuel Piette.

Mais celui-ci ne s’en fait pas outre mesure et estime qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

«Ce n’est pas la fin du monde, il ne faut pas se laisser abattre par ça. On a un gros match samedi et si on gagne, on efface la défaite.»

Case départ

Bush assure que l’équipe ne sombrera pas dans la complaisance malgré les bons résultats du dernier mois.

«On ne veut pas se contenter de ce qu’on a fait au cours du dernier mois parce que si on perd deux ou trois matchs de suite, on est de retour à la case départ.»

«Nous ne pouvons pas perdre de points, mais nous devons regarder l’ensemble de la situation.»

Le gardien a rappelé que l’essentiel, c’est-à-dire l’effort, y était malgré la défaite sans appel.

«L’effort y était, on oublie ce match et on se tourne vers samedi.»