Crédit : AFP

Canadiens

Canadiens: une belle occasion ratée

Canadiens: une belle occasion ratée

José Théodore

Publié 10 juillet
Mis à jour 10 juillet

L’organisation des Canadiens a raté une belle occasion de prouver à son public qu’elle est soi-disant passée à une nouvelle ère, celle de la transparence.

Bien sûr, le Dr David Mulder a expliqué en long et en large, le 5 juillet, l’évolution du dossier médical de Shea Weber. Là-dessus, on a été clair et je ne remets aucunement en doute les grandes compétences du Dr Mulder.

Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi Marc Bergevin n’a pas annoncé, le 1er juillet, que Weber serait absent jusqu’en décembre. Il le savait. Pourquoi n’avoir rien dit? C’est très décevant à la suite de la promesse de transparence de Geoff Molson. De plus, c’était la meilleure chose à faire sur le plan stratégique. Bergevin aurait pu contrôler la nouvelle.

Comme il n’avait pas grand-chose à annoncer le 1er juillet, les partisans des Canadiens étaient en rogne et il est devenu la cible des amateurs. Sa cote est à son plus bas et ç’aurait été à son avantage de faire diversion en clarifiant la situation de Weber. On aurait parlé davantage du défenseur blessé. On ne se serait pas acharné sur le directeur général.

Dans ce contexte, Bergevin aurait même peut-être pu parler de reconstruction, mais la prestigieuse organisation du Tricolore veut absolument éviter ce mot. Par contre, comme Bergevin n’a pas cherché à remplacer Weber, il est clair que les Canadiens sont en reconstruction. Si le Tricolore était vraiment dans la course pour la coupe Stanley, Bergevin aurait agi différemment.

La perte de Weber n’augure rien de bon pour la prochaine saison. Si Carey Price ne se retrouve pas dans les candidats au trophée Hart, je ne vois pas comment le Bleu-Blanc-Rouge pourra être dans la course aux séries éliminatoires.

Le scénario le plus optimiste...

Mon scénario le plus optimiste serait que Price retrouve sa forme des beaux jours, qu’une certaine chimie s’installe et que deux ou trois jeunes surprennent. On pourrait ainsi voir une certaine imitation des Golden Knights de Vegas, mais c’est difficile de créer une nouvelle chimie avec les mêmes joueurs, ou presque.

Qui assumera le leadership de cette équipe?

En l’absence de Weber, ce sera Brendan Gallagher et Price. Si jamais Pacioretty débutait la saison à Montréal sans un nouveau contrat en poche, il n’aurait pas la même crédibilité en raison de sa situation. Comment pourrait-il être le leader de cette équipe en sachant qu’il va partir?

... et le pire

Le pire scénario serait que Pacioretty reste à Montréal et qu’il devienne joueur autonome l’été prochain. Bergevin ne peut se permettre de le perdre sans recevoir de compensation, mais il devra probablement accepter un joueur de moindre valeur, soit un bon jeune joueur qui a fait ses preuves. Ça pourrait rafraîchir l’ambiance.

Je vous le dis depuis quelques mois. Pacioretty veut partir, mais il n’a pas le contrôle de sa situation et avec l’absence de Weber, il est certainement encore moins enchanté à l’idée de commencer la saison à Montréal.

Pacioretty veut un gros contrat et s’il ne signe pas un nouveau pacte cet été, ça va lui prendre de bonnes statistiques la saison prochaine.

Or, comment pourra-t-il produire à sa hauteur avec l’édition actuelle du CH et en l’absence de Weber? Je crois que c’est dans l’intérêt de Pacioretty autant que celui du Tricolore que l’on règle ce dossier rapidement.

Encore une fois, les succès des Canadiens vont reposer en grande partie sur les épaules de Price, qui entamera son nouveau contrat de huit ans en octobre. Il devra lancer un message clair dès le début de la saison, car, cette fois, les partisans seront beaucoup moins patients avec lui et la saison pourrait être très longue.

Price ne peut se permettre une autre saison ordinaire.

Deux Québécois au Temple

Quelle bonne nouvelle de voir que deux Québécois feront bientôt leur entrée au Temple de la renommée. Ce n’était qu’une formalité dans le cas de Martin Brodeur puisqu’il fait assurément partie des trois plus grands gardiens de l’histoire. Quant à Martin St-Louis, il mérite sa place et je dois avouer qu’il m’a causé bien des maux de tête. Tout a débuté à mon premier match midget AAA. Il avait récolté sept points contre moi, tout comme son compagnon Éric Perrin, et on avait perdu au compte de 10 à 9. Ce n’était pas le scénario que j’avais envisagé à mon premier match midget. J’étais pas mal découragé après la rencontre.

L’enthousiasme d’Ovechkin

C’est vraiment formidable de voir Alex Ovechkin trimbaler la coupe Stanley en Russie et profiter de la Coupe du monde de soccer pour la partager avec le plus grand nombre de gens possible. Ovechkin est le porte-étendard du hockey russe et il est tellement fier d’avoir gagné cette coupe. Il est aussi très fier de son pays et son impact est extraordinaire là-bas. Il fait partie des trois plus grands hockeyeurs russes de l’histoire avec Vladislav Tretiak et Slava Fetisov.

Duclair à Columbus

Marc Bergevin a dit qu’il avait démontré un certain intérêt envers Anthony Duclair, mais ce dernier n’aurait pas reçu d’offre des Canadiens. Duclair n’a signé qu’un contrat d’un an et 650 000 $ avec les Blue Jackets de Columbus et ça démontre que sa valeur n’était pas très grande. À 23 ans, il en est déjà à sa quatrième équipe. C’est dommage, car il a beaucoup de talent.

Gare aux Flames!

L’attaquant James Neal tentera d’apporter la magie de Las Vegas à Calgary. Les Flames ont acquis un excellent joueur et c’est une équipe dont on ne parle pas beaucoup, mais elle est dangereuse. Elle me fait penser au cheval de course que l’on ne voit pas, car il est à l’extérieur, mais il arrive à grande vitesse. Les Flames ont un attaquant de premier plan en Johnny Gaudreau et si le gardien Mike Smith joue comme il en est capable, ils seront à surveiller.