HKN-EDMONTON-OILERS-V-COLUMBUS-BLUE-JACKETS

Crédit : AFP

LNH

L'agent d'Artemi Panarin candide...

Publié | Mis à jour

Sans être acrimonieuse, la situation entre l’attaquant Artemi Panarin et les Blue Jackets de Columbus est très délicate à l’heure actuelle.

Pour l'instant, le Russe ne veut pas considérer une prolongation de contrat à long terme avec la formation de l’Ohio, alors que son entente actuelle vient à échéance au terme de la prochaine saison. Il pourrait donc devenir joueur autonome sans compensation l'été prochain.

Le directeur général Jarmo Kekalainen peut décider de patienter dans l’espoir que sa vedette change d’idée, mais il court le risque de perdre ses services sans rien obtenir en retour.

Dans une entrevue sous format questions-réponses accordée à The Athletic, l’agent du joueur, Dan Milstein, a commenté candidement le dossier et ses obstacles. S’il faut en croire les propos de Milstein, Panarin adore l’équipe, mais il est loin de savoir s’il veut vraiment passer les huit prochaines années de sa vie à Columbus.

À ceux qui supposent que Milstein attende volontairement pour forcer les Blue Jackets à verser le plus d'argent possible à son client, l'entrepreneur réplique qu'il n'en est rien. Il n'y aurait en fait même pas eu de négociations avec l'équipe selon ses dires: «je n'ai même pas discuté de quoi que ce soit avec eux». 

«Je n’attends pas pour les faire plier, pour les convaincre de consentir le plus d’argent possible, parce que si j’appelais Jarmo [Kekalainen] tout de suite, il conduirait probablement jusqu’à ma maison et nous en viendrions à une entente. Panarin adore l’équipe et adore l’entraîneur. Ça n’a rien à voir avec l’équipe ou le traitement dont il fait l’objet. Cela a tout à voir avec la question suivante : est-ce qu’il veut passer les huit prochaines années à Columbus? C’est le seul enjeu présentement.

«Si c’était un contrat de deux ans [qui était proposé], on l’aurait probablement signé. Mais ce n’est pas le cas.»

Milstein est prêt à discuter avec les 30 autres équipes du circuit afin de faciliter une transaction, mais aucun dialogue de la sorte n’a eu lieu jusqu’à maintenant.

«Jarmo essaye de trouver un partenaire pour une transaction et si l’autre équipe au bout du fil veut en savoir plus sur les intentions de Panarin à long terme, elle n’a qu’à me parler. Je n’ai pas demandé à Kekalainen de parler avec d’autres clubs et, assurément, il ne m’a pas demandé si je suis prêt à le faire. Je crois que les 30 autres formations voudraient l’avoir, mais je ne vois pas comment c’est possible sans qu’on me contacte en premier lieu.»

Panarin ne serait pas insensible aux problèmes qu’il pourrait causer à l’organisation. Il a décidé d'indiquer à l'équipe avant le repêchage qu'il n'était présentement pas prêt à signer un contrat d'une longue durée, de sorte qu'elle puisse se préparer en conséquence.

Le principal intéressé et son agent veulent éviter «un cirque comme en a vu dans le passé avec d’autres joueurs», assure Milstein.

«Il [Panarin] m'a essentiellement dit "c’est correct. Je ne veux simplement pas mettre les Blue Jackets dans le trouble. Si je décide de ne pas rester, personne ne me blâmerait et ne m’accuserait de m’être joué d’eux et de les quitter alors qu’ils ont les mains vides. Alors s’ils peuvent obtenir quelque chose, [tant mieux]... Mais s’ils décident de me garder, ils devraient connaître les risques que cela implique"», a raconté celui qui représente plusieurs joueurs russes, dont notamment Nikita Kucherov.

«Il n’y a jamais eu de désaccords ou de débats houleux. Nous avons été honnêtes.»

Lors de la saison régulière et des séries éliminatoires, Panarin a été le meilleur pointeur des Blue Jackets en 2017-2018. Il a établi des sommets au chapitre des mentions d’aide (55), des points (82) et du différentiel (+23), en plus d’amasser sept points en six matchs lors du tournoi printanier.

Cliquez ici pour lire l'entrevue sous format questions-réponses accordée par l'agent de Panarin au journaliste Aaron Portzline.