TOPSHOT-FBL-FRA-LIGUE1-PSG-NANCY

Crédit : AFP

Impact

Marché des transferts : cinq cibles pour l’Impact

Ian Gauthier / TVA Sports

Publié | Mis à jour

Le marché estival des transferts en MLS s’amorcera le 10 juillet prochain et l’Impact, si l’on en croit les déclarations de certains membres de son état-major, compte en profiter afin d’améliorer son effectif.

Le club cherchera ainsi à compléter la refonte de son personnel amorcée l’hiver dernier. Une remise à neuf qui, n’étant pas complétée en début de saison, avait amené le directeur technique Adam Braz à affirmer que l’équipe devait surtout s’assurer d’être de la course aux éliminatoires au début de l’été.

Après un départ pour le moins cahoteux, l’Impact a atteint cet objectif grâce à un excellent mois de juin. Les décideurs de l’organisation se trouvent donc dans la position qu’ils espéraient : l’équipe trouve son identité sur le terrain sous l’égide de l’entraîneur Rémi Garde et il ne manque possiblement que quelques pièces au casse-tête pour donner à la formation de bonnes chances de poursuivre sa saison au-delà du 28 octobre.

Quels sont les besoins de l’Impact? Ce n’est pas devant le filet : le vétéran Evan Bush se montre particulièrement solide depuis le début de la saison. En défense? La charnière centrale, formée des Français Rod Fanni et Rudy Camacho, se complète de mieux en mieux et est au cœur des succès récents de l’équipe. Sur le côté gauche, Daniel Lovitz et le polyvalent Jukka Raitala assurent. Sur le flanc droit, il y a des questions à se poser concernant Michael Petrasso et Chris Duvall, mais les deux n’ont pas été particulièrement mauvais non plus depuis le début de la saison.

L’Impact est aussi bien garni en ailiers : Ignacio Piatti demeure l’un des meilleurs joueurs de la ligue, alors qu’à droite, Alejandro Silva trouve de plus en plus ses marques. Le jeune Canadien Raheem Edwards, lui, peut être une doublure décente sur les deux côtés.

Ce qui nous amène en milieu de terrain : l’Impact en utilise souvent trois dans son schéma et à ce titre, Samuel Piette, chien de garde devant la défense, et le joueur désigné Saphir Taïder, un «box to box», sont des titulaires solides et indiscutables. Mais... qui est le troisième? Garde emploie souvent le jeune Ken Krolicki, obtenu par l’équipe au dernier SuperDraft. Le garçon de 20 ans est volontaire, endurant, semble posséder une bonne tête, et s’améliore constamment. Le Chilien Jeisson Vargas a aussi été essayé en «dix», et si le jeune homme possède assurément une technique enviable, il semble plutôt vert physiquement et a parfois du mal à soutenir le rythme de la MLS à ce chapitre.

Alors, si l’Impact veut franchir un cap, il doit trouver un autre milieu du calibre de Piette et de Taïder pour appuyer ces derniers et faciliter la transition vers l’attaque.

Certains estiment qu’il faut un autre «huit», qui permettrait à Taïder d’aller plus vers l’avant. D’autres croient qu’un authentique «dix», qui jouera derrière l’attaquant et entre les ailiers, est ce qu’il faut à l’équipe.

Parlons maintenant de ce qui est peut-être la position la plus importante : celle d’attaquant. Il s’agit de l’endroit où les besoins de l’Impact sont les plus criants. À eux deux, Matteo Mancosu et Anthony Jackson-Hamel ont combiné pour un total de trois buts depuis le début de la saison. C’est cruellement peu. Les autres options n’offrent guère plus de possibilités. Le vétéran Dominic Oduro n’a marqué qu’une fois en 2017 et n’est clairement pas dans les plans de l’entraîneur. Michael Salazar est un remplaçant adéquat, qui peut apporter quelque chose en cours de match, mais il n’a jamais été près de prouver qu’il pouvait être un titulaire.

Bref : l’Impact pourrait avoir un meilleur défenseur latéral droit, mais il a surtout besoin d’un milieu de terrain et d’un attaquant. Il y a d’ailleurs fort à parier qu’Adam Braz, Nick de Santis et Rémi Garde ont identifié les mêmes besoins.

L’équipe fait aussi face à une contrainte technique fort ennuyante : elle dispose d’un nombre limité de places réservées à des joueurs «internationaux», c’est-à-dire qui ne viennent pas de l’Amérique du Nord ou qui n’ont pas été obtenu par le biais du SuperDraft. Et ces places, actuellement, sont toutes occupées. En somme, pour toute acquisition venant de l’étranger, il faudra que l’organisation parvienne à se départir d’un joueur possédant l’une de ces places internationales pour permettre au nouveau venu de fouler la pelouse sous le maillot bleu, blanc et noir.

Après ce long, mais nécessaire préambule, voici cinq cibles potentielles pour l’Impact lors de ce «mercato» estival :

1- Jimmy Briand, attaquant

Le Français de 32 ans, qui a passé les trois dernières saisons avec l’En-Avant Guingamp, possède une longue feuille de route et a déjà joué sous les ordres de Rémi Garde à Lyon. Capable d’évoluer sur les ailes, Briand est certes un buteur, mais peut aussi servir des passes décisives. Son nom est celui qui revient le plus souvent dans les rumeurs de transfert impliquant l’Impact. Ayant aussi évolué en Allemagne et aux côtés de Rod Fanni à Rennes, Briand, qui a encore la forme après avoir marqué 11 buts en 2017-2018 à Guingamp, est un choix qui apparaît assez logique, d’autant plus que son nom a déjà été lié à l’Impact il y a quelques années. Des contacts auraient même été établis. Il y a cependant un os : Briand possède un contrat toujours valide à Guingamp, et l’entraîneur du club, Antoine Kombouaré, n’a pas envie de le voir partir.  L’Impact pourrait notamment devoir verser un montant de transfert pour obtenir ses services. Notre analyste Vincent Destouches a d'ailleurs procédé à une mise à jour du dossier Briand, samedi, avant le match entre l'Impact et les Rapids.

2- Cristian Lopez, attaquant

L’Espagnol de 28 ans, auteur de 10 buts la saison dernière en Ligue 2 française avec le RC Lens, est actuellement sans contrat et libre de s’engager avec qui il veut. Cela dérange d’ailleurs les partisans du club, dont il est l’un des favoris. Mais voilà, il semble bien que Lopez, formé un temps au Real Madrid, va quitter et l’Impact, selon goal.com,  figure au nombre des clubs qui seraient intéressés à ses services. Le lien? L’un des adjoints de Rémi Garde, Robert Duverne, occupait précédemment un poste semblable... avec le RC Lens. À 6’1’’, Lopez peut marquer de la tête, dispose d’une bonne frappe, est batailleur et semble avoir un très bon flair dans la surface de réparation.

3- Hatem Ben Arfa, milieu offensif 

Ben Arfa est sans doute le nom le plus célèbre de toute cette liste, et aussi le transfert potentiel le plus excitant pour les partisans de l’Impact. Capable d’évoluer sur les ailes autant qu’en «dix», le Français est doté d’habiletés techniques phénoménales. Ancien Lyonnais, Ben Arfa en est un autre que Rémi Garde connaît bien et c’est une très bonne chose dans la mesure où le joueur de 31 ans est connu autant pour ses qualités hors normes que pour son caractère... particulier. Laissé de côté durant la presque entièreté des deux dernières saisons au Paris Saint-Germain, il y a peu de joueurs qui méritent autant un nouveau départ que lui, et il est libre de toute attache. Selon une info lancée sur Twitter par Nilton Jorge, l’Impact lui aurait soumis une offre de contrat. Le club montréalais aura sans doute de la compétition de clubs européens de qualité à ce chapitre : pour l’instant, Ben Arfa relève du rêve. Mais s’il atterrit à Montréal dans de bonnes dispositions, on peut imaginer que ce dribleur de classe mondiale, aux côtés d’un Ignacio Piatti, donnera le tournis à la plupart des défenses de la MLS.

4-  Justin Meram, milieu offensif

Pour l’instant, aucune rumeur n’indique que le milieu offensif quittera son club actuel, Orlando City, durant l’été. Mais Meram, un joueur né aux États-Unis, a la belle qualité pour l’Impact de ne pas occuper de place internationale. C’est aussi un joueur doué, qui a fait pas mal de ravages durant ses années à Columbus avant de quitter pour la Floride l’hiver dernier. Meram est présentement en difficulté à Orlando : le joueur de 29 ans connaît une saison plus que compliquée jusqu’ici, bien en deçà de ses standards habituels et il fait l’objet de dures critiques. Excédé, il a même été mis au repos par le club, lui-même dans la tourmente, le weekend dernier.

Meram apprécierait peut-être un changement d’air, même s’il n’est avec les «Lions» que depuis quelques mois. Et l’Impact, qui a souvent été torturé par ce joueur au fil des années, pourrait peut-être faire bon usage de ses qualités offensives endormies depuis le début de la saison. Peut-être qu’Orlando accepterait de discuter à son sujet...

5- Yannis Salibur, milieu offensif

Un autre joueur qui évolue à Guingamp, le Français de 27 ans joue beaucoup sur l’aile droite, mais avoue lui-même aimer évoluer en «dix» et laisser parler ses qualités techniques. Selon le journal «l’Équipe», il attirerait l’attention de Rémi Garde en dépit du fait qu’il reste un an à son contrat. Capable de ces passes ouvrant une défense, capable de finir le travail au besoin, Salibur cadrerait très bien dans le système de l’Impact et forcerait l’adversaire à lever les yeux de Piatti.

Formé à Lille, Salibur était considéré dans sa jeunesse comme aussi talentueux que l’un de ses camarades dans cette académie... un certain Eden Hazard. Si le plan Ben Arfa tombe à l’eau, le Guingampais représenterait une excellente alternative... voire meilleure?