Impact

L’Impact se méfie des Rapids

Publié | Mis à jour

L’Impact semble enfin sorti de la tourmente. L’équipe de Rémi Garde va tenter de porter à quatre sa série de victoires contre les Rapids du Colorado, ce soir au Stade Saputo.

La rencontre sera diffusée sur les ondes de TVA Sports, dès 18h30.

Le Bleu-Blanc-Noir a fait les choses proprement en plus avec quatre victoires à ses cinq derniers matchs, toutes remportés par blanchissage.

C’est aussi signe que le jeu défensif s’est resserré, et rien n’indique qu’il ne s’agisse que d’une embellie. Ça semble plutôt être une nouvelle tendance qui s’installe.

Depuis le début de juin, l’Impact n’a accordé que deux buts en cinq rencontres. Avant juin, l’équipe en avait concédé 29 en seulement 13 parties. On peut parler d’un beau revirement de situation.

______________________________________

Prudence

Tout ça est bien beau et fort encourageant, mais n’allez pas trop en parler dans l’entourage de l’Impact parce qu’on fait preuve d’une très grande prudence.

Celle-ci est accentuée par le fait que l’équipe affronte un adversaire vulnérable. Le Colorado est avant-dernier dans

l’Association Ouest et a un dossier de 1-5-1 sur les gazons ennemis où il n’a marqué que trois buts.

Aussi, les Rapids ont joué à Seattle mercredi, une défaite de 2 à 1, avant de prendre la direction de Montréal, hier matin.

«Le Colorado n’est pas dans un bon moment, mais il y a quelques semaines, on affrontait Philadelphie qui n’était pas dans un bon moment, on les a pris peut-être un peu à la légère et ça avait joué contre nous», a insisté Samuel Piette.

Match-piège

À bien des égards, il s’agit d’un match-piège. Les ingrédients y sont. Une équipe qui est en poussée de confiance après avoir battu l’une des meilleures formations de la ligue, une équipe qui est sur une lancée de victoires, contre un

adversaire qui piétine.

Pourtant, on témoigne beaucoup de respect aux Rapids dans le camp de l’Impact en disant tout ce qu’il faut comme un mantra. Chris Duvall a choisi de voir la situation autrement.

«Je crois que le danger est plus en nous qu’en eux parce qu’il est facile de se relâcher face à un adversaire comme ça.»

«C’est un match-piège et nous ne sommes pas dans une position où nous pouvons baisser notre garde», a ajouté Evan Bush.

Soulagement

On semble jouer avec plus de légèreté dans le camp de l’Impact depuis un mois. Ce sont peut-être les victoires, mais il n’y a pas que ça.

Il y a une forme de soulagement qui fait en sorte que l’équipe respire mieux, et Rémi Garde n’est pas contre.

«J’ai ressenti une forme de soulagement qui est pour moi différente du relâchement. Le soulagement, je peux l’autoriser parce que quand on souffre et que ça va un peu mieux, on a le droit de se sentir soulagé. Par contre, on n’a pas le droit de se relâcher.»

«Mais la clé va demeurer le travail, qui fait maintenant partie des bonnes

habitudes de l’équipe.»

«Nous obtenons des résultats parce que nous sommes dévoués et impliqués dans ce que nous faisons», a insisté Evan Bush.

Indiscipline

Si les Rapids sont coincés dans les bas-fonds, c’est en partie parce qu’ils sont très indisciplinés. Ou peut-être sont-ils indisciplinés parce qu’ils sont dans les bas-fonds. Qu’importe.

L’équipe des Rocheuses est loin devant pour le nombre de fautes commises, avec 262 jusqu’à maintenant. La Nouvelle

Angleterre est loin en seconde place (236).

Les Rapids sont aussi tristes premiers de classe avec déjà 54 cartons jaunes en 17 matchs, bien loin devant Orlando (40).

À titre de comparaison, ils en ont reçu 74 en 34 parties la saison dernière.

Voyez le reportage de Nicolas Martineau ci-dessus.