SPO-STEVE BOSSÉ

Crédit : Sébastien St-Jean / Agence QMI

Boxe

Steve Bossé nie avoir des liens avec le crime organisé

Publié | Mis à jour

Même s’il est un ami de longue date d’un proche des Hells Angels, Steve Bossé a affirmé n’avoir aucun lien avec le crime organisé, jeudi, lors de la première journée d’audience pour l’obtention de son permis de boxeur.

Bossé doit affronter Jean Pascal dans un combat prévu pour le 20 juillet à la Place Bell de Laval. Cependant, même si ses examens médicaux sont en règle, il n’a pas encore le permis nécessaire pour pouvoir prendre part à ce duel.

Le 20 juin, Bossé a fait sa demande à la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ). Deux jours plus tard, les dirigeants de la Régie ont reçu un rapport de la Sûreté du Québec (SQ) qui soulevait la possibilité d’une possible influence et implication du crime organisé dans le combat Pascal-Bossé.

L’expert en matière de motards hors-la-loi, le sergent Alain Belleau, est venu présenter la preuve des liens entre l’agent de Bossé, Dan Fontaine, et le crime organisé. Fontaine est connu des services de renseignements de la SQ et il est vu «comme une personne d’intérêt».

Il a eu plusieurs contacts avec des membres en règle des Hells Angels au cours des dernières années.

D’ailleurs, Belleau a présenté un organigramme détaillé aux régisseurs, Me Marc Savard et Me Jean Lepage, pour démontrer les relations entre Fontaine et ses connaissances au sein du groupe de motards criminels.

L’avocat de Bossé, Me Martin Pichette, a essayé de faire la démonstration que son client n’avait aucune connexion avec le crime organisé malgré les liens que son agent entretient avec des membres en règle des Hells Angels.

Ami et des commanditaires

Bossé et Fontaine sont des amis de longue date, selon l’ancien combattant de l’UFC.

«C’est un conseiller et un mentor depuis que j’ai commencé à m’entraîner à son gymnase à l’âge de 16 ans», a affirmé Bossé lors de son interrogatoire.

C’est Fontaine qui a approché le promoteur Yvon Michel pour lancer la carrière de boxeur de l’athlète originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu. Il est parvenu à conclure un pacte de quatre combats avec GYM pour son protégé.

Par contre, Bossé a indiqué n’avoir jamais été en affaires ou fait des investissements avec son agent. Pour le gala du 20 juillet, Fontaine avait la mission de vendre des billets et de trouver des commanditaires pour le pugiliste de 36 ans.

D’ailleurs, sur la page Facebook de Bossé, il est possible de se procurer des places pour l’événement du 20 juillet par l’entremise de Fontaine avec son numéro de cellulaire. Pour ce qui est des commanditaires, Fontaine en a trouvé deux sur une douzaine qui ont décidé d’appuyer l’ancien hockeyeur de la Ligue nord-américaine.

Parmi la liste des commanditaires, le concessionnaire de motos Léo Harley-Davidson a attiré l’attention de l’avocate de la Régie, Me Joliane Pilon. Elle a demandé une autre intervention du sergent Belleau, qui a informé que trois employés de cette entreprise avaient des liens avec les Hells Angels.

L’an dernier, ce magasin s’était associé au Groupe GYM à l’occasion d’une campagne de financement pour la Fondation du cancer du sein.

Les deux parties se retrouveront à nouveau devant les régisseurs de la RACJ, mardi prochain. Ces derniers ont un délai de 90 jours pour rendre leur verdict.

En raison de la date du combat de Bossé, ils vont essayer d’accélérer le processus.